Michel Piccoli et le Festival de Cannes : souvenirs sur la Croisette de cet acteur mort à 94 ans

Monument du cinéma français, l'acteur Michel Piccoli, célèbre pour ses rôles dans "Le mépris", "Les choses de la vie" ou, plus récemment, "Habemus papam", est décédé le 12 mai à l'âge de 94 ans. Le festival de Cannes et lui : une longue histoire.

Michel Piccoli à Cannes en mai 2014.
Michel Piccoli à Cannes en mai 2014. © ALBERTO PIZZOLI / AFP
"Michel Piccoli s'est éteint le 12 mai dans les bras de sa femme Ludivine et de ses jeunes enfants Inord et Missia, des suites d'un accident cérébral", indique ce communiqué transmis à l'AFP par Gilles Jacob, ami de l'acteur et ancien président du Festival de Cannes.

Sur son compte Twitter, il publie avec sobriété : Révélé par "Le Mépris" de Godard (1963), où il forme un couple de légende avec Brigitte Bardot, l'acteur a promené son physique de séducteur aux sourcils broussailleux dans plus de 150 films.

L'affiche du festival de 2016 lui rendait hommage :

1967

C'est en 1967 que cet acteur au physique déjà de séducteur fait ses premiers pas sur la Croisette. C'est pour "mon amour mon amour" de Nadine Trintignant. Un film en compétition officielle. 
Il rencontre à Cannes Luis Buñuel avec qui il tourne cinq films, dont Belle de jour.

1970

Comédien fétiche de Claude Sautet, il l'accompagne sur la Croisette en 1970 pour "Les Choses de la Vie".

1973

C'est son rôle dans "La Grande Bouffe" de Marco Ferreri qui marquera l'un des plus gros scandales du festival de Cannes, en 1973. Il y incarne un participant à un séminaire gastronomique se transformant en orgie scatologique et nihiliste.

1978

L'acteur français Michel Piccoli accompagné de l'acteur Claude Brasseur et du cinéaste Francis Girod lors du Festival de Cannes, le 30 mai 1978.
L'acteur français Michel Piccoli accompagné de l'acteur Claude Brasseur et du cinéaste Francis Girod lors du Festival de Cannes, le 30 mai 1978. © RALPH GATTI / AFP

1980

Michel Piccoli obtient le prix d'interprétation pour son rôle dans "Le Saut dans le vide" de Marco Bellochio.

1991

"La Belle Noiseuse" de Jacques Rivette, dans lequel il joue un peintre vieillissant, remporte le Grand Prix du Jury 1991. Le film lui vaudra sa quatrième nomination aux César, mais il ne remportera jamais de statuette.

Le cinéaste Jacques Rivette (à droite) accompagné des acteurs Michel Piccoli et Emmanuelle Béart, lors de la présentation de son nouveau film "La belle noiseuse", sélectionné au Festival de Cannes, le 14 mai 1991.
Le cinéaste Jacques Rivette (à droite) accompagné des acteurs Michel Piccoli et Emmanuelle Béart, lors de la présentation de son nouveau film "La belle noiseuse", sélectionné au Festival de Cannes, le 14 mai 1991. © JACQUES DEMARTHON / AFP

2002

Son hommage à Tati au Festival de Cannes.
Son hommage à Tati au Festival de Cannes. © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

2005

En tant que réalisateur, il présente à Cannes sa troisième réalisation "C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvé".

2011

En 2011, dans le "Habemus Papam" de Nanni Moretti, il incarne un évêque en plein doute existentiel au moment de sa nomination papale.À 85 ans, il rate de peu le prix d'interprétation à Cannes.
Cannes : la montée des marches pour la présentation du film Habemus papam de Nanni Moretti le 13 mars 2011.
Cannes : la montée des marches pour la présentation du film Habemus papam de Nanni Moretti le 13 mars 2011. © IP3 PRESS/MAXPPP
Jouer le Pape, son dernier grand rôle à l'écran. Un symbole de la grandeur de cet acteur diront certains. 

L'hommage des organisateurs du Festival :

"Toutes ces années de cinéma, la magistrale présence de Michel Piccoli nous a si bien accompagnés....Grand vide. Immense tristesse".
Le maire de Cannes, David Lisnard a réagi en ces mots : "il aimait dire "j'ai joué à avoir plusieurs vies". Des vies qui ont accouché d'un destin artistique qu'il mettra en page, avec la collaboration de Gilles Jacob, dans un livre publié en 2015 sous le titre - J'ai vécu dans mes rêves. - La vie s'éteint mais le rêve continue. 
Merci Piccoli. "
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture festival de cannes disparition faits divers hommage société