Policiers attaqués au couteau à Cannes : une enquête ouverte pour "tentative d'assassinat" et trois interpellations

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Le Hars
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'est rendu à Cannes pour rencontrer l'équipage de police attaqué lundi matin devant le commissariat de la ville.
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'est rendu à Cannes pour rencontrer l'équipage de police attaqué lundi matin devant le commissariat de la ville. © Jérémy Crunchant FTV

Suite à l'agression au couteau survenue ce lundi à Cannes, une enquête a été ouverte pour "tentative d'assassinat sur fonctionnaires de police". L'auteur présumé de l'agression d'un équipage de police, à Cannes, est un Algérien de 37 ans "inconnu des services de renseignement".

Une enquête a été ouverte pour "tentative d'assassinat sur fonctionnaires de police", suite à l'agression au couteau d'un équipage de police, à Cannes ce 8 novembre, une enquête est ouverte pour "tentative d'assassinat". Ce ressortissant algérien aurait mentionné "le prophète" lors des faits.

Trois interpellations dans l'entourage de l'agresseur sont intervenues après l'agression de policiers.

Il s'agit de proches, l'une des personnes travaillait pour lui et une autre l'a logé", a indiqué une source policière, précisant que l'assaillant possédait "une
petite entreprise de maçonnerie".

L'enquête, confiée à l'antenne de Nice de la police judiciaire de Marseille, est ouverte sous la qualification de tentative d'assassinat sur fonctionnaires de la police nationale

a annoncé dans un communiqué le parquet de Grasse.

"Le parquet national anti-terroriste s'est déplacé sur les lieux et évalue l'opportunité de sa saisine. En l'état, le parquet de Grasse demeure compétent", poursuit-il.

Piste terroriste pas confirmée

Si "les premières investigations laissent apparaître, qu'une fois immobilisé au sol et interrogé par un policier sur le motif de son acte, l'assaillant aurait répondu : +pour le prophète+", comme le précise le parquet, la piste terroriste n'est pas confirmée.

La perquisition réalisée ce jour au domicile de l'agresseur "n'a mis en exergue aucun élément de radicalisation ou d'adhésion à une organisation djihadiste", ajoute ainsi le parquet. L'homme était "totalement inconnu des services de renseignement", comme l'avait annoncé dans la matinée le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, venu sur place.

L'agresseur n'était "inscrit dans aucun fichier de radicalisation", avait-il insisté, parlant d'"un monsieur qui travaillait, (...) en règle sur le territoire national".

Le parquet national anti-terroriste s'est déplacé sur les lieux et évalue l'opportunité de sa saisine. En l'état, le parquet de Grasse demeure "compétent",
a précisé lundi soir le parquet.

"Atteint à deux reprises", l'agresseur a été transporté au centre hospitalier de Nice où il est actuellement pris en charge par une équipe chirurgicale. Son pronostic vital n'était plus engagé lundi soir. Il sera entendu dès que son état le permettra, a précisé le parquet.
- Avec AFP

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.