Pourquoi Cannes fête la Saint Patrick et participe au Global Greening ce 17 mars

Près de 700 monuments et édifices à travers le monde sont illuminés en vert ce mercredi 17 mars pour la Saint Patrick. 57 sites en France sont sur la liste, notamment à Cannes. Mais quel rapport entre la ville et le saint irlandais ?

Illuminations de la chapelle de la Miséricorde à Cannes
Illuminations de la chapelle de la Miséricorde à Cannes © Mairie de Cannes

Ce 17 mars, c'est la Saint Patrick. Pour célébrer son saint patron, l'Irlande promeut son tourisme dans le monde au travers d'un programme d'illuminations en vert de divers monuments ce jour, c'est le "Global Greening".

Comme chaque année, la Mairie de Cannes a aussi voulu célèbrer cette fête irlandaise. Ainsi, ce mercredi soir, la Croisette, l’Hôtel de Ville, le Palais des Festivals et des Congrès et le pont de la rue Barthélémy et de la Verrerie, comptant parmi le patrimoine le plus emblématique du paysage cannois, seront habillés d’un éclairage vert, aux couleurs de l’île celtique. De même, les hôtels JW Marriott, Martinez, Carlton et Le Grand Hôtel se joindront à ces illuminations.

Problème : avec le couvre-feu de 18 à 6 heures, il sera quasiment impossible pour le public de profiter de ces illuminations ce soir, alors la ville a envoyé des clichés des tests réalisés en début de semaine :

Ces projections lumineuses sont l'ouvre de Gaspare Di Caro, surnommé « le peintre de la lumière » en Espagne. Il a réalisé des oeuvres dans différentes villes du monde comme l’illumination du Christ Rédempteur qui domine la ville de Rio de Janeiro au Brésil. 

Pourquoi à Cannes ?

Selon la mairie de Cannes, l’histoire de saint Patrick est intimement liée à l’histoire cannoise. En effet, selon la légende, le saint patron aurait vécu en ermite dans l’archipel de Lérins, au large de la cité du cinéma :

Patrice serait né vers 385 dans l’actuel Pays de Galles. Il fut enlevé, dit-on, par des pirates irlandais et vendu comme esclave. Le saint aurait séjourné au début du Ve siècle sur les îles de Lérins, avant de partir évangéliser l’île celtique d’abord en Bretagne puis vers l’Irlande.

> Voyez les archives municiaples en ligne sur cette légende.

La chapelle de la Trinité, à l’extrémité de l’île Saint-Honorat, dans sa forme de trèfle, rappellerait le signe trinitaire que saint Patrick donnera à l’Irlande.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
international photographie culture art tourisme économie religion société