Coronavirus et Pâques : "c'est 35% de notre chiffre d'affaires" entre inquiétude et espoir chez les chocolatiers niçois

Publié le Mis à jour le
Écrit par Manon Hamiot .

Grande ou petite maison, à l'approche de Pâques, les chocolatiers ont dû bouleverser leur organisation. Cette période représente une majeure partie de leur chiffre d'affaires annuel, ils espèrent pouvoir écouler leur production et apporter un peu de réconfort en pleine pandémie de coronavirus. 

Salariés en chômage partiel, production moindre, partenariats annulés, Pâques 2020 s'annonce catastrophique pour les artisans chocolatiers.

Une saison sacrifiée



Jean-Patrice Paci, artisan chocolatier de père en fils n'a pas changé ses habitudes. Cette année, pas moins de 60 thèmes différents seront présents dans ses boutiques de Cannes et Nice. Cette période est la plus importante de l'année, alors le créateur ne veut pas perdre espoir.

J'appelle les gens à venir au magasin

"Mes boutiques sont pleines de créations, nous respectons toutes les recommandations d'hygiène" Explique Jean-Patrice Paci.



Si le passionné a souhaité maintenir sa production de chocolats comme initialement prévu car "les enfants, même confinés, ont droit à leur annuelle chasse aux œufs et même si cette année elle sera un peu différente", les clients manquent et il craint le pire.

 




Habituellement, le chocolatier collabore avec des grandes enseignes, "cela représente 1/3 de mon chiffre d'affaires et là plus rien, je n'ai aucune commande, alors je compte sur les particuliers", conclut-il.



A Nice nord, Jean-Marc Regel, installé depuis 11 ans, a réalisé seulement 40% de sa production habituelle. "On va essayer déjà de vendre ce qu'on a produit, mais c'est très compliqué car on ne pas opter pour d'autres modes de vente, comme la livraison, le chocolat c'est très fragile". 



L'indépendant a dû mettre son employé au chômage technique et n'ouvre plus que le matin. Comme beaucoup d'autres commerçants, Jean-Marc Regel est inquiet.

"Pâques, c'est 35% de notre chiffre d'affaire, ça va nous faire un gros manque à gagner"



"Le prêt, il va quand même falloir le rembourser... Je ne sais pas du tout comment ça va repartir" explique-t-il.

 

"Le plus dur reste à venir"



Chez ces deux chocolatiers, les boutiques restent ouvertes, "je garde espoir  que les gens sortent acheter du chocolat, j’allume un cierge tous les matins (en chocolat)" souligne Jean-Patrice Paci avec un humour en demi-teinte.



Mais l'artisan-créateur veut rester positif :" si jamais Pâques ne fonctionne pas, je me relèverai, faut aller de l’avant".



Même constat pour Jean-Marc Regel. " Il va falloir rebondir. Pour nous, le plus dur reste à venir".



En attendant, tous deux étaient au travail ce dimanche 29 mars. "On essaie de ne pas avoir trop de casse" conclut Jean-Marc Regel.

 

Don pour les enfants de Lenval

Jean-Patrice Paci a décidé de faire des dons de petits oeufs en chocolat à l'hôpital Lenval pour les enfants malades :" cette année c’est très compliqué, les enfants ne pourront pas fêter cet évènement. Pour moi, c'est hyper important, il faut les faire sourire, même si c'est une goutte d'eau, j'espère leur apporter au moins cinq minutes de plaisir". 

 
Rappel :
>> Les dernières infos sur le coronavirus dans notre région.



 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité