• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Deux Napolitains condamnés à un an de prison pour un vol de montre à Cannes

Deux Napolitains de 23 et 26 ans ont été condamnés ce lundi par le tribunal correctionnel de Grasse à un an de prison ferme pour le vol d'une fausse montre Cartier à Cannes, début août.

Par @annelehars

Initialement programmé le 16 août, le procès avait été renvoyé. Les deux cousins étaient soupçonnés par les enquêteurs d'appartenir à un gang organisé de la Camorra arrachant des montres de luxe sur la Côte d'Azur, appartenance que le parquet n'a pu démontrer ce lundi.

Leur avocat, Me Luc-Philippe Febbraro, a d'ailleurs fait état lundi d'un billet de train attestant que le scooter du duo était arrivé sur la Riviera le 8 août.
Selon lui, les deux hommes ne peuvent donc pas être tenus responsables des 16 autres vols à l'arraché de bijoux et montres de luxe survenus entre le 29 juin et début août à Cannes, pour un préjudice de 1,2 million d'euros.

Le 10 août, les deux Italiens avaient ciblé un Néerlandais de 57 ans, résidant à Dubaï. Le vacancier, très choqué, avait été jeté à terre par l'un des Napolitains, qui lui avait subtilisé une montre Cartier qui s'est avérée de contrefaçon.

Le voleur avait pris la fuite à bord d'un scooter conduit par son complice, puis avait été rattrapé par la police sur une plage de Juan-les-Pins.
Les deux hommes, qui ont reconnu lundi avoir débarqué sur la Côte d'Azur pour arrondir par de petits larcins leurs fins de mois difficiles à Naples, ont été condamnés pour vol en réunion, avec violences. Le parquet avait requis à leur encontre trois ans d'emprisonnement.

A l'audience, Me Febbraro a mis en garde les magistrats contre "les clichés" trop rapides à l'encontre des Napolitains et regretté que plane sur ce procès l'ombre de la Camorra. 

Le tribunal a finalement prononcé à l'encontre des deux cousins une peine d'un an ferme, assortie d'une interdiction du territoire français de trois ans.

Sur le même sujet

Le capitaine Roussel explique les enjeux de ce contrôle

Les + Lus