Mouans-Sartoux rend hommage aux Harkis en cette journée nationale

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Lioult
Mouans-Sartoux, ce matin lors de la journée nationale d'hommage aux harkis.
Mouans-Sartoux, ce matin lors de la journée nationale d'hommage aux harkis. © D.BEAUMONT

Cinq associations, d'anciens supplétifs de l'armée française en Algérie, se sont rassemblées à Mouans-Sartoux, pour la cérémonie officielle présidée par le sous-préfet Stéphane Daguin, quelques heures avant les mesures qui seront annoncées par le gouvernement.

Ce matin, à Mouans-Sartoux, une cérémonie a rassemblé 5 associations de harkis présidée par le sous-préfet Stéphane Daguin alors que la secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq s'apprête à annoncer de nouvelles mesures en leur faveur à l'occasion de la journée nationale leur rendant hommage.
Selon les historiens, entre 60 000 et 80 000 harkis ont été victimes de sanglantes représailles après la guerre d'Algérie.
 

Vers une meilleure reconnaissance ?


Inspirées du rapport d'un groupe de travail remis fin juin,  les décisions qui seront dévoilées au cours d'une cérémonie aux Invalides ambitionnent d'offrir "de nouvelles avancées en matière de reconnaissance, de réparation et de solidarité envers les harkis", ces anciens supplétifs de l'armée française pendant la guerre d'Algérie. 
"Nous souhaitons dire: aux harkis, la France reconnaissante", résume Geneviève Darrieussecq. "Oui, il y a eu défaillance de la France, admet-elle. Ils ont été reçus ici dans des conditions souvent très difficiles, qu'ils ont parfois
eu à subir toute leur vie".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.