"Il faut continuer à rire pour sauver sa peau", ces artistes de cabaret des Alpes-Maritimes veulent garder l'espoir

Ouvert à Contes, dans les Alpes-Maritimes en mai 2018, le cabaret Victoria Palace est, comme toutes les salles de spectacle de France, toujours fermé pour cause d'application du protocole sanitaire lié à la Covid. Entretien avec Eric Leblon, l'un de ses artistes et dirigeants.

Eric Leblon, magicien et maître de cérémonie de la revue du Cabaret Victoria Palace de Contes (06).
Eric Leblon, magicien et maître de cérémonie de la revue du Cabaret Victoria Palace de Contes (06). © Eric Leblon

Le moment était attendu. C'est avec une très grande attention qu'Eric Leblon, le directeur artistique du Victoria Palace de Contes dans les Alpes-Maritimes, a suivi le point d'étape du Premier ministre, Jean Castex, ce 7 janvier. 

Les salles de spectacle vont-elle enfin pourvoir rouvrir ? Le rideau va t'il pouvoir à nouveau se lever, le travail reprendre et les recettes remplir la caisse ? En une du site de son cabaret on peut lire : "Spectacle de cabaret à Contes suspendu jusqu'à nouvel ordre".

Le magicien est inquiet. Et pour cause. Cela fait à peine deux ans, qu'il a monté cette structure avec son associé André Zordo, plus connu sous le nom de scène de Cyriel :"C'était en 2018. Après une de mes représentations dans une salle de Drap, Cyriel, le patron du Victoria, qui à l'époque n'était qu'un hôtel restaurant, m'appelle. Son rêve : monter un dîner spectacle. On en a parlé. On s'est rencontré. En moins d'une heure nous étions d'accord pour tenter cette aventure. Le cabaret Victoria Place venait de naître."

Au Cabaret Victoria Palace de Contes, la magie du spectacle est toujours sur pause.
Au Cabaret Victoria Palace de Contes, la magie du spectacle est toujours sur pause. © Eric Leblon

Et d'ajouter : "moi, je vous avoue, je ne voulais pas m'établir quelque part... c'était raté ! Le métier de saltimbanque m'allait bien. Aller de ville en ville pour présenter mes numéros de magie. J'avais toujours fait ça. Ce qui a aussi fait pencher la balance... ma compagne Sandra est danseuse. Et, elle, a toujours rêvé d'être chorégraphe. Avec le Victoria Palace c'était possible. Alors, j'ai dis banco."

Aujourd'hui, avec la fermeture des salles de spectacle c'est toute la famille qui est en stand-by...

Eric Leblon.

Sur des chorégraphies réglées par Sandra Leblon, six jeunes femmes composent la troupe : Stéphanie Impoco, de Mougins repérée dans la comédie musicale Roméo & Juliette,  Cristina, de Brescia ou encore Chloé, de Cannes. 

14 mars 2020 : première extinction des feux de la rampe

Lors du premier confinement, en mars dernier, c'était les beaux jours. On se disait que ça n'allait pas durer bien longtemps. Comme tout le monde, on a rangé la maison de fond en comble. On pensait tous que cela allait repartir.

Eric Leblon.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Eric Leblon (@ericleblon)

L'espoir chevillé au corps, la famille Leblon fignole le show. Sandra et la troupe répètent les chorégraphies. Eric ses numéros de magie.

Encore et encore, pour, au cas où, pouvoir donner une représentation.

Parallèlement, l'équipe de direction met tout en œuvre pour accueillir le public dans le respect des règles de sécurité sanitaire. Ce qui a un coût qui est loin d'être négligeable. Mais qu'importe. L'objectif de l'équipe : rejouer sur scène. Faire tourner la boutique.

Faire revivre le spectacle vivant, coûte que coûte !

Eric Leblon

"On a rouvert le Victoria Palace en juin 2020. On a fait, une date de temps en temps. Mais c'était très épisodique. Une le 15 août, je me souviens. Pour être honnête, on savait parfaitement bien que nous avions une épée de Damoclès sur la tête.  A la mi-août, nous avons quand même préparé la nouvelle saison pour le spectacle de la rentrée. Pas évident dans la tête de se projeter quand tout autour de vous est si aléatoire.  Mais nous tenions bon. Et puis, notre dernière représentation, le samedi 17 octobre..."

Laurent Abelo, le transformiste, se mue en Dame Victoria.
Laurent Abelo, le transformiste, se mue en Dame Victoria. © Eric Leblon

28 novembre 2020 : à la trappe les plumes, les paillettes et les tours de magie

28 novembre 2020. Second confinement. L'équipe n'a rien lâché. Eric réfléchit à de nouveaux numéros. La troupe de danseurs répète de nouvelles chorégraphies. Tous travaillent encore d'arrache-pied pour ne pas perdre leur entrainement et leur spontanéité sur scène.

Mais le cœur n'y est plus tout à fait.

Le second confinement... Là, ça n'a pas été la même. Ça a été beaucoup plus compliqué. Heureusement, nous avons notre fille. Ça nous motive. On tient le coup pour nous, mais aussi pour elle et pour maintenir à flot la famille. J'essaie de ne rien lâcher car il faut pouvoir être prêt si jamais on peut rouvrir.

Eric Leblon

La troupe de danseuse du cabaret.
La troupe de danseuse du cabaret. © Eric Leblon

Alors même si les rideaux ne se lèvent toujours pas dans les salles de spectacle, Eric et la troupe du Victoria Palace continuent à avancer.

"Je vais continuer à répéter mes numéros de magie. Quand on est magicien, si on ne travaille pas, on perd la fluidité, l'aisance, la spontanéité. Et puis, il faut aussi avoir un peu d'avance. Un jour, ça va bien rouvrir quand même. Et ce jour là, il faudra que, le soir même, nous puissions donner notre spectacle. Il faudra aussi, qu'on soit prêt pour la suite." Eric Leblon, Victoria Palace. 

C'est vrai, Eric Leblon est un optimiste. Demi-finaliste de "La France a un incroyable talent" en 2016 puis mis en lumière par Patrick Sébastien dans "Le Plus Grand Cabaret du monde" cet " illumoriste " comme il aime à se définir, a débuté dans les rues d’Antibes à l'âge de onze ans. " Je n’étais bon à rien. Ou plutôt, je n’étais bon qu’à cela",  s'exclame t'il. 

Il aime à dire, qu'il a une nature très positive : 

Les deux pieds dans la merde, je vais quand même chanter !

 

La famille Leblon qui devrait s'agrandir, d'ici au mois de mars prochain.
La famille Leblon qui devrait s'agrandir, d'ici au mois de mars prochain. © Eric Leblon

7 janvier 2020 : et toujours pas de lumière...

Au lendemain du point d'étape du 7 janvier, changement de ton. Le magicien est triste et dépité. L'heure n'est plus aux fariboles.

"C'est un peu comme si on avait pédalé dans le vide ces derniers mois. Je suis comme un lion en cage. Je vais essayé de rester le plus positif possible, sinon c'est la fin. 

"Je ne vais pas vous mentir ; on s'y attendait un peu, même si on avait l'espoir. Mais très franchement, on s'est mis dans la tête qu'on n'allait pas reprendre avant mars ou avril prochain, on ne se fait pas d'illusions. Je suis aussi dégoûté pour les restaurateurs, les stations de ski. Nous on s'y était un peu préparé, sans vraiment se l'avouer."  

Et d'ajouter, la voix perdant de son intensité : 

" Y a des aberration tout de même. J'ai rien contre Miss France, non. Mais quand même, Miss France qui fait une séance pour le public et nous on est fermé ? Non, y a un truc qui va pas ! Y a des trains bondés, et nous qui avons tout bien fait pour être aux normes pour recevoir du public en toute sécurité sanitaire, on est fermé. Je ne comprend pas. En fait si, je comprends. Les gouvernants, devaient faire des choix. Alors on sacrifie la culture sur l'hôtel de l'économie. Ils ont vite fait les calculs. Je fais pas de politique, mais voilà, j'ai pas l'impression que c'est juste tout ça." 

Ses mots sont de plus en plus difficile à distinguer. La détresse s'entend dans la voix du magicien.

"Là, on arrive à peine à payer nos charges. Heureusement, les dossiers des intermittents sont gelés et heureusement, on avait quelques économies. En fait, c'était de l'argent de côté pour les études de nos enfants, quand ils seront plus grands..."

Puis d'un seul coup, Eric Leblon se reprend.

On a la santé et c'est le plus important !

"J'espère que, quand tout le monde sera vacciné, la vie pourra repartir. On a tellement eu mal tous ces mois. On est frustré. Heureusement l'humain s'adapte. Tous les jours, il a eu des gens qui nous ont appelé pour savoir quand est-ce que nous allions rouvrir. Et ça, ça fait chaud au cœur. Il faut continuer à rire pour sauver sa peau." 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Eric Leblon (@ericleblon)

Alors le saltimbanque, fait ce qu'il sait faire de mieux : garder l'espoir, rire et travailler. 

"J'ai quatre numéros en préparation et un sketch en l'écriture. La magie, c'est très très complet. La magie a une vrai place aujourd’hui dans le monde du spectacle vivant. La magie, c'est pas seulement le lapin qui sort du chapeau." 

Le magicien de conclure par forcément un bon mot : "Moi je fais le con, mais je le fais sérieusement !"

L'épidémie de coronavirus et le monde du spectacle, les dates importantes

Dans une allocution, le Premier Ministre, Edouard Philippe, annonce la fermeture des tous les lieux publics « non essentiels » à compter de minuit, ceci incluant les salles de spectacles. les théâtres resteront fermés durant toute la période du confinement. Depuis le mois de juin les salles avaient progressivement rouvert leurs portes en s'adaptant aux directives sanitaires.

Le Président de la République, Emmanuel Macron, instaure un couvre-feu de 21h à 6h du matin à partir du samedi 17 octobre, 0 heure, et pour, dans un premier temps, 4 semaines. De nouveaux horaires ont été mis en place pour continuer d'accueillir le public toujours dans le respect des règles sanitaires.

Le Président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture des salles de spectacles jusqu'au 15 décembre. 

Le Conseil d’Etat valide la fermeture au vu du « contexte sanitaire » des théâtres et cinémas, décidée par le gouvernement jusqu’au 7 janvier au moins, mais a alimenté l’espoir d’une réouverture si l’épidémie se calme.

Le point d'étape du Premier ministre, Jean Castex, définit que tous les établissements aujourd'hui fermés le resteront jusqu'à la fin du mois de janvier.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
spectacle vivant culture covid-19 santé société