L'AS Monaco donne une leçon de réalisme à Toulouse (2-0) et reste au contact du PSG

Monaco n'a pas faibli dans sa course derrière le Paris SG avec sa victoire contre Toulouse (2-0), lors de la 21ème journée de L1, en concrétisant ses rares occasions de but.

© Photo : Pascal Pavani/AFP
Les Monégasques, qui depuis une défaite à domicile face à Valenciennes (1-2, le 20 décembre), ont un parcours plus difficile - un difficile succès à  Vannes (3-2) en Coupe de France et un nul - ont atteint leur objectif: rester au contact du leader parisien qui a écrasé Nantes (5-0).
Les hommes de Ranieri, qui se déplaceront mercredi à Monts d'Or Azergues en 16èmes de finale de Coupe de France avant un rendez-vous au sommet, dimanche prochain, avec la réception de Marseille, ont longtemps fait le strict minimum face à une équipe de Toulouse vaillante, mais inefficace avant un superbe but d'Ocampos dans les 5 dernières minutes.
Avec Abidal, ménagé en début de semaine (genou), et son milieu en losange composé de Toulalan, Obbadi, Rodriguez et Kondogbia, préféré à Moutinho, l'ASMonaco a subi pendant plus d'une demi-heure avant d'ouvrir le score, contre le cours du jeu, par Kurzawa (1-0, 36ème).
Le jeune latéral de l'équipe de France Espoirs était à la réception d'un centre au cordeau à ras de terre de Kondogbia, lancé sur l'aile gauche par Toulalan.
Jusque là, les équipiers d'Abidal, cerbère de Braithwaite, avaient été largement dominés par une équipe toulousaine dynamique et faisaient même preuve d'une apathie déconcertante. Ils auraient pu craquer sur des actions de Braithwaite (8ème), Ben Yedder (20ème) ou une tête d'Aurier au-dessus de la barre (29e). La "bicyclette" d'Ocampos
Les dauphins du PSG n'avaient eu qu'une action à se mettre sous la dent. Un ballon rendu aux 40 mètres par Aguilar revenait sur l'aile à Falcao, dont le centre était repoussé à deux reprises avant d'être détourné par le milieu de terrain colombien du TFC.
Dans leur traditionnel 3-5-2 - avec cette fois Yago en remplacement de Spajic, suspendu, associé à Zebina et Aurier -, les Toulousains, qui n'ont perdu qu'une fois en 7 matches (battus en Coupe de la Ligue 1-2 à Marseille) depuis la fin novembre, ont été tout près de céder sous les coups de boutoir d'un AS Monaco enfin plus incisif.
Notamment par l'intermédiaire de Falcao, déséquilibré dans la surface sans pouvoir concrétiser (55ème), également sur une tête de Germain sur corner (57ème) ou par une série de ballons cafouillés dans la surface (59ème), soit 5 minutes favorables aux Monégasques.
Peu en vue, Falcao, qui s'était signalé par une action repoussée sur la ligne par Aguilar, cédait sa place après l'heure de jeu à Ocampos. Ce dernier parachevait le succès des joueurs de la Principauté par un geste technique de toute beauté, une "bicyclette" qui trompait Ahamada (87ème).

Réactions à l'issue de la rencontre :

Jérémy Toulalan (milieu de terrain de Monaco) : "Le point positif, c'est que même en étant mauvais on a réussi à gagner. Nous avons souffert en première mi-temps et, si nous voulons rester dans le haut du tableau, il va falloir corriger pas mal de choses. (A propos du PSG, leader devant Monaco)
Je préfère regarder derrière que devant. Les points d'avance sur les poursuivants sont importants pour nous
".

Emmanuel Rivière (attaquant de Monaco) : "L'équipe a été très réaliste face à une formation de Toulouse qui était en forme et qui méritait mieux peut-être. On a bien réagi après la pause mais, dans le futur, il faudra être capable d'être plus performant dès le début. On se replace et on reprend un peu d'avance sur Lille, tant mieux pour nous".

Alain Casanova (entraîneur de Toulouse): " On peut avoir des regrets. Cette défaite est dure et sévère. On s'est créé des situations et on aurait mérité de rentrer aux vestiaires avec un avantage. Être mené à la pause fut difficile à accepter. On a du courir après le score. On avait fourni beaucoup d'efforts en première mi-temps et on a eu du mal à revenir en seconde mais j'ai pourtant continué à croire que l'on pouvait égaliser. On voit la différence entre une équipe composée d'internationaux qui ont de l'expérience et le TFC, une équipe très jeune. Il nous reste beaucoup de travail, notamment dans le secteur du réalisme, même si nous avons été en mesure de produire du jeu et de poser des soucis à une équipe comme Monaco. Je suis quand même triste et frustré pour les joueurs qui méritaient autre chose que cette défaite".

Jonathan Zebina (défenseur et capitaine de Toulouse) : "Le résumé est très simple : on a eu quatre ou cinq occasions que l'on peut qualifier de très franches et on n'en met aucune. Eux ont eu beaucoup de réussite sur leur premier but. Nous n'avons pas réussi à emballer la rencontre en deuxième mi-temps mais j'ai envie de dire que le mal était fait avec toutes ces occasions manquées en première. C'est une énorme frustration car on avait fait une première période quasi parfaite. C'est dommage car on a tous envie de gagner contre les grosses équipes. Il faut positiver et se dire que l'on a été en mesure d'embêter Monaco pour repartir sur une bonne série".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
as monaco sport football
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter