Les tests PCR ne sont plus gratuits pour les touristes étrangers en France

Fin du remboursement des tests PCR et antigéniques pour les étrangers ce 7 juillet. C'est "une question de réciprocité", explique Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement. On vous explique.
L'aéroport de Nice vu du ciel.
L'aéroport de Nice vu du ciel. © Eliott Sarrut

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, l'avait annoncé il y a une semaine chez nos confrères des Echos : en France, les dépistages du Covid 19 pour les touristes étrangers sont désormais payants à partir de ce mercredi 7 juillet. Pour un test PCR, il faudra débourser 49 euros ; pour un test antigénique, 29 euros.

C'est une question de réciprocité, sachant que ces tests sont payants dans la plupart des pays pour les Français qui voyagent.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement

À l'aéroport de Nice Côte d'Azur, c'est le pharmacien qui les réalise. 

Un centre de tests et d’informations COVID-19 a ouvert ce mercredi 7 juillet à l’aéroport de Toulon-Hyères et géré par le laboratoire Eurofins Biologie Médicale.

Un centre de tests et d’informations COVID-19 ouvert depuis ce mercredi 7 juillet à l’aéroport de Toulon-Hyères.
Un centre de tests et d’informations COVID-19 ouvert depuis ce mercredi 7 juillet à l’aéroport de Toulon-Hyères. © Vinci Airports

 

Il était nécessaire de proposer ce service à nos passagers mais également à l’ensemble des habitants des communes environnantes afin de faciliter encore davantage la mobilité aérienne et d’accompagner plus largement la reprise de l’activité économique et touristique du Var, 

Commentaire de Chivoine REM, directeur de l’aéroport varois.

Ce centre à Toulon-Hyères propose deux tests : un test RT-PCR, obligatoire pour les voyageurs vers toutes les destinations internationales et la plupart des pays européens, et un test antigénique.

La tentation d'un faux

Une décision qui pourrait entraîner une hausse des fausses déclarations, car ces dernières sont aussi difficiles à détecter. Un document qui nécessite seulement quelques clics sur Internet. Certains vendent ainsi sur les réseaux sociaux de faux tests PCR négatifs pour 20€, explique nos confrères de FranceInfo.

Attention toutefois, fabriquer, vendre ou utiliser des faux documents est un délit, passible de trois ans de prison et de 45.000 euros d'amende.

Quand le test est-il nécessaire ?

Jusqu'à présent, les ressortissants de 30 pays européens :

pouvaient se faire rembourser leurs dépistages par la Sécurité sociale, voire bénéficier du tiers-payant dans certains cas.

Cette "gratuité" avait été défendue mi-mai par le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, au nom de "l'attractivité touristique, parce qu'on a envie de rester la première destination mondiale, c'est un enjeu économique pour nous". Mais l'enjeu n'en valait visiblement pas la chandelle.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société tourisme économie vacances aéroport nice côte d'azur italie international transports transports aériens