Levothyrox : la présidente azuréenne de l'association Alerte thyroïde reçue au ministère de la santé

La nouvelle formule de ce médicament pour la thyroïde est pointée du doigt par les patients en raison des effets secondaires. / © MAX PPP
La nouvelle formule de ce médicament pour la thyroïde est pointée du doigt par les patients en raison des effets secondaires. / © MAX PPP

Anne-Catherine Colin-Chauley continue son combat pour les victimes du médicament Lévothyrox nouvelle formule au ministère de la santé. Cette habitante de Mougins, par ailleurs avocate a comme de nombreux patients, porté plainte contre le laboratoire Merck pour "mise en danger de la vie d'autrui". 

Par Catherine Lioult

Anne-Catherine Colin-Chauley est une patiente des Alpes-Maritimes, contrainte de prendre un médicament pour la thyroïde. C'est à ce titre qu' en septembre 2017, elle a constitué une association "Alerte Thyroïde" après avoir constaté les effets secondaires de la nouvelle formule du Lévothyrox. En tant qu'avocate, elle soutient les démarches de patients qui comme elle, ont noté des symptômes tels que des vertiges, des crampes, avec fatigue générale et des maux de tête  importants. 

En France, 2.000 plaintes ont été enregistrées depuis la mise en vente de cette nouvelle formule ( 400 dans les Alpes-Maritimes ) et Anne-Catherine Colin-Chauley est le porte-parole de ce combat.
La présidente de l'association Alerte Thyroïde reçue au ministère de la Santé



Un retour vers l'ancienne formule


Devant la ministre de la santé, elle compte demander de reprendre la licence obligatoire de l’ancienne formule du Lévothyrox, et de faire fabriquer le médicament par un laboratoire tiers et de le remettre sur le marché. 




Un numéro vert  pour s'informer depuis le mois d'août : 0.800.97.16.53
Ce numéro est accessible du lundi au vendredi de 9 heures à 19 heures.

A lire aussi

Sur le même sujet

Seize actrices noires et métisses sur le tapis rouge contre les discriminations

Les + Lus