À Menton, d'importants travaux au jardin Serre de la Madone pour "à terme, une inscription au patrimoine de l'UNESCO"

Alors qu'il fête ses cent ans, de gros travaux de restauration et de sécurisation ont lieu en ce moment. Un chantier d'urgence à deux millions d'euros pour aussi redonner l'éclat d'antan à ce lieu historique.

Avec ses huit hectares de végétations, il est l'un des symboles de la ville de Menton dans les Alpes-Maritimes : le jardin Serre de la Madone fait l'objet actuellement d'importants travaux de sécurisation. Au-dessus de la villa principale du Major Lawrence Johnston, son créateur en 1924, le terrain présente de forts risques de glissement.

"On a fait appel à des hydrogéologues et des experts qui nous ont alerté sur ce risque", explique Gilles Deparis, le directeur de l'Association pour la sauvegarde des jardins d'exception du Mentonnais (ASJEM). Avec une crainte : revivre l'éboulement sur plus de 200 mètres qui s'était déroulé en 1952 et qui avait endommagé le domaine.

Quinze restanques à refaire

Alors depuis début mars, des tractopelles s'activent dans cette partie du jardin pour restaurer quinze restanques sur 600 mètres linéaires. Pas de murs en pierres sèches cette fois, "trop coûteux et trop long" selon le directeur des jardins d'exception, mais des troncs de châtaigniers venus principalement de Savoie par camion.

Les bois, stockés à proximité du jardin, sont ensuite transportés sur le site avec un hélicoptère.

Ces troncs, enfoncés dans le sol, doivent tenir plus de 50 ans.

Gilles Deparis, directeur des jardins d'exception de Menton.

Entre ces troncs installés les uns sur les autres de manière perpendiculaire, du grillage est mis en place pour retenir la terre. La nature fera le reste pour masquer cet assemblage.

Trois de ces restanques seront dédiées à la conservation de plantes menacées, en lien avec le Conservatoire du littoral, propriétaire des lieux depuis 1999. "Le but, c'est de les multiplier pour ensuite pouvoir les réintroduire dans le milieu naturel", poursuit Gilles Deparis.
Le reste des restanques sera planté avec des agrumes. Des plantations qui sont prévues pour l'année prochaine, puis accessibles au public.

Vers une inscription à l'UNESCO ?

Ces travaux devraient être terminés en mai. Ensuite, d'autres chantiers commenceront. À partir d'octobre et durant toute l'année prochaine, plusieurs lieux de ce jardin seront restaurés : les différentes serres, la villa, le pigeonnier, les statues, les fontaines... Le tout chiffré à deux millions d'euros, alimentés par des fonds publics et du mécénat.

Alors que le jardin Serre de la Madone célèbre cette année son centenaire et accueille près de 10.000 visiteurs annuels, Michael Likierman, le président de l'ASJEM, souhaite que le lieu soit encore plus connu et reconnu avec, "à terme, une inscription au patrimoine de l'UNESCO".

"Menton est connu pour ses jardins remarquables, ils font la fierté et la notoriété de la ville dans le monde", se réjouit Yves Juhel, le maire de la commune.

D'ici la fin du mandat, je veux que tous les jardins d'exception retrouvent leur éclat d'antan.

Yves Juhel, maire de Menton.

Prochain jardin concerné : celui du palais de Carnolès.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité