Covid-19 : à Menton des restaurateurs nomades s'installent tous les jours à deux pas du marché

Système D. Contre la sinistrose et une situation économique délicate, une quinzaine de restaurateurs de Menton proposent leur produit tous les jours. Un marché éphémère plein de bonne volonté et de bonne humeur mais à la clientèle encore un peu timide.

Les restaurateurs font de la vente directe tandis que leurs établissements sont fermés
Les restaurateurs font de la vente directe tandis que leurs établissements sont fermés © Laurent Meney/ France Télévisions

"On a mis en place les barnums en quelques heures et la Ville de Menton nous loue gratuitement les emplacements et nous offre l’électricité", résume Laëtitia Sanchez qui est à l’initiative du projet et à la tête de la page Facebook "aidons nos restaurateurs."

"Au départ on voulait faire quelque chose autour de l’apéro sur le Mail du Bastion puis l’idée d’accueillir les restaurants nous est venue" résume l’intéressée.

Les grandes ardoises dressées devant les stands sont aguicheurs : là de la daube de Sanglier avec sa polenta, un peu plus loin des raviolis Ricotta nous font de l’œil tandis que la paella de poisson joue les séductrices.

Des spécialités locales sont proposées par les restaurateurs mentonnais dans le but d'attirer des clients
Des spécialités locales sont proposées par les restaurateurs mentonnais dans le but d'attirer des clients © Laurent Meney/France Télévisions

"Je trouve que c’est une bonne idée" explique un client italien qui réside à Menton. Des italiens justement il n’y en a pas ici en raison des restrictions sanitaires. Quant aux clients locaux, ils sont un peu, en ce 23 décembre, happés par le marché qui est à deux pas. Qui lui fait le plein.

C’est là toute la difficulté explique un restaurateur présent, à cette époque de l’année pour le réveillon les gens préfèrent encore cuisiner.

Nous avons fait de bonnes journées de vente depuis lundi résume Laetitia Sanchez sans donner pour autant de chiffres.

Effet curiosité

Il y a un effet curiosité, ce que confirme ce client : "c’est une chouette initiative mais c’est pas très pratique pour eux, mettre en place les structures... Il faut qu’ils essaient de sortir de l’eau, je les admire vous savez. Le restaurant c’est bien, on met les pieds sous la table, et puis il y a pas le côté sortie. Mais c’est un geste symbolique, il faut les aider en achetant un peu."

Une quinzaine de restaurants ont répondu présents à cette initiative de vente directe
Une quinzaine de restaurants ont répondu présents à cette initiative de vente directe © Laurent Meney/ France Télévisions

Lucas derrière sa marmite affiche un franc sourire : "c’est ça qui redonne le moral c’est de se retrouver ici tous ensemble." Une quinzaine de restaurants ont répondu présents à cette initiative.

on a envie de travailler, oh bien sûr ça fait pas notre chiffre mais ça nous change les idées.

 Un restaurateur mentonnais.

Et Jean-Luc, la mine un peu triste de préciser : "On a besoin de montrer à l’Etat qu’on s’accroche."

Sur le stand de Jean-Marc un joyeux méli-mélo de spécialités niçoises : des farcis niçois, des pichades ou galettes à la frangipane.

Lui est à la tête d’un établissement depuis seulement deux ans, il ne cache pas ses peurs : "La première année c’est toujours compliqué, la deuxième ça commençait bien et puis il y a eu le Covid-19. C’est difficile mais on ne va pas lâcher l’affaire." Il ne pense pas comme beaucoup de ses confrères qu’il pourra rouvrir en janvier.

D’ici là ils vous attendent avec impatience. Ouverts jusqu’au 24 décembre puis du 28 au 31 de 10h à 17h.

Restaurants participants : le Quai 29, JR Bistronomie, Paris Palace, Vintage, Casa Dali, la Belle Escale, le Darkoum, Madame Bleue, la Crêpe à l’Envers, Les enfants terribles, Les Artistes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie culture économie covid-19 santé société