Dans la vallée de la Roya, la création d'une piste de moto-cross sème la zizanie

Publié le Mis à jour le
Écrit par Margaux Delaunay .

Dans le village de la Brigue, les amateurs de deux roues s'opposent à une partie des riverains. Pas question pour le deuxième camp qu'une piste de moto-cross ne voit le jour !

De la moto au milieu de la nature, il n'en fallait pas plus pour déclencher une polémique ! Dans le village de la Brigue, au cœur de la vallée de la Roya, le maire a donné son autorisation pour la création d'une piste de moto-cross dans le vallon du Rio Secco.

Une association écologiste et des riverains montent au créneau pour empêcher sa création :

Pour l'association Roya Expansion Nature (REN), cette initiative est un non-sens écologique, et un danger pour la tranquillité des habitants. Leur pétition, mise en ligne a déjà récolté plusieurs centaines de signatures.

Le collectif s'adresse au préfet, en lui demandant d'intervenir. On peut notamment y lire leurs inquiétudes en matière de :

  • Sécurité : pour se rendre sur le terrain de moto-cross, les dites motos devront traverser le village, la place du marché et le parking des HLM.
  • Nuisances sonores : Proche du village, les habitants seront directement impactés dans leur quotidien.
  • Economie : le tourisme vert a le vent en poupe, les touristes viennent à La Brigue pour profiter de la nature et du calme.
  • Environnement : notre priorité n’est-elle pas de protéger la faune et la flore du Rio Secco, déjà bien mises à mal par la tempête Alex ?"

L’association annonce également avoir saisi l’Office français de la biodiversité et la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL).

"Pas fait pour attirer 50 000 motos tous les week-ends !"

Contacté, le maire de la commune, Daniel Alberti (SE), estime que cette "piste pourrait permettre d'interdire les motos sur les autres chemins de randonnée". Pour l'édile, la distance de 800 mètres entre le village et le lieu de création est suffisante pour ne pas occasionner de la gêne. Il ajoute : "ça sera un endroit familial pour les jeunes qui veulent s'amuser, ça ne sera pas fait pour attirer 50 000 motos tous les weekends !"

La municipalité a également validé ce projet en début d'année 2022, sous réserve que le circuit soit fermé avec un grillage. Et que les engins à moteur ne soient autorisés que deux jours par semaine.

Une requête portée initialement par des amateurs de "deux-roues". En un clic, voici à quoi ressemble la moto cross :

Une procédure est en cours pour interdire sa création. Cette association attend que la justice tranche pour poursuivre ou non son projet

Ca devait juste être une route encadrée pour les loisirs, et pour apprendre aux enfants à conduire des motos !

Benjamin Barthélémy, association Riders du Rio

Les opposants ont lancé une procédure pour interdire sa création. L'association de moto-cross joue dans la prudence et attend que la justice tranche pour poursuivre ou non son projet.

Plus de sports mécaniques à La Brigue, un des derniers village préservé et un peu sauvage de La Roya, là où je croise le plus d'animaux. Mais quelle connerie... Comme si le reste de la vallée n'était pas déjà assez pollué de vroum vroum"

Jéremy Taburchi, habitant de la vallée

Étendue sur près de 10 000 mètres carrés, il aurait fallu abattre certains arbres pour que cette piste d'envergure voie le jour. Et c'est sur ce point, que le bât blesse.

Des arbres abattus

Ce projet se télescope avec un autre tout aussi sensible. A quelques mètres, des bouts de troncs coupés barrent une partie de la route. Depuis plusieurs semaines, des travaux d’aménagement ont commencé sur un terrain municipal partiellement gommé par les crues lors de la tempête Alex.

"Une dizaine d’arbres ont été coupés par sécurité", explique le maire. Il ajoute : "les bouts de bois sont laissés exprès à disposition, pour que les gens puissent faire des stocks pour se chauffer cet hiver."

Objectif : remettre en état l’ancien parcours de santé pédestre, qui peut servir aussi de piste de secours. Mais en pleine période de sécheresse, et de canicule, ces quelques arbres abattus rencontrent une forte désapprobation des habitants de la vallée.

Sur ce point la Préfecture des Alpes-Maritimes, précise : "Suite à des signalements, la Direction des Territoires et de la Mer, a bien constaté sur place un défrichement sans autorisation."

Une procédure judiciaire est là aussi en cours.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité