Monaco : la bouteille de ketchup géante signée de l'artiste Paul McCarthy, interpelle et cache une expo provocante

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sarah Dumeau

Cette œuvre fait partie d'une rétrospective consacrée à l'artiste américain Paul McCarthy. Dans le reste de l'exposition, des sculptures en silicone représentent... Des pénis et des cochons sanguinolents. Ames sensibles s'abstenir.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Une bouteille de ketchup de quatorze mètres de haut trône face au Casino de Monaco, devant lequel les touristes viennent se prendre en photo.

L'objet interpelle et suscite des réactions tantôt amusées, tantôt exaspérées.

"C'est une pub ?" demande un visiteur venu de Strasbourg avec sa femme et sa fille. Quand il apprend qu'il s'agit une œuvre d'art, Nicolas est un peu étonné : "ça fait un peu inapproprié au milieu des plantes, ça colle pas trop avec l'image de Monaco". 

Céline, vacancière venue de banlieue parisienne, a un avis plus tranché : "C'est très moche, ça va du tout avec ces magnifiques monuments", affirme la trentenaire. 

Seul un couple de touristes anglais semble se prêter au jeu : "je trouve ça très drôle", s'amuse le jeune homme, qui s'est arrêté pour la prendre en photo. 

C'est l'effet escompté par l'artiste à l'origine de cette œuvre : l'Américain Paul McCarthy, célèbre pour son sapin de Noël en forme de plug anal qui avait été exposé deux jours en 2014 sur la place Vendôme, à Paris, avant de susciter la polémique et d'être retiré. 

"Il y a vraiment beaucoup d'humour et d'ironie dans son travail, explique Federica Beretta, directrice de la galerie Hauser & Wirth à Monaco, qui lui consacre une rétrospective. Avec la bouteille de ketchup, l'idée c'est de dénoncer la surconsommation".

A l'intérieur du musée, situé à quelques centaines de mètres de là, on comprend que la bouteille de ketchup n'est que la partie bon enfant du travail de Paul McCarthy. 

Provoquer le débat

On pénètre alors dans le musée des horreurs : des sculptures en silicone de cochons sanguinolents, de corps mutilés ou encore de nombreuses représentations de pénis. Ames sensibles s'abstenir. Sur son site internet, la galerie limite d'ailleurs l'accès à son contenu aux seuls internautes majeurs... C'est dire...

Ce sont des sculptures qui nous dérangent, nous provoquent. L'idée de Paul McCarthy c'est de générer un débat, de nous faire réfléchir, ce sont des satires,

décrypte Federica Beretta.

"Par exemple, ici, vous voyez une critique de la masculinité. Il y a comme un symbole phallique qui a été coupé donc c'est vraiment une parodie de la virilité" décrit-elle en s'approchant d'une sculpture représentant un officiel américain, avec un nez en forme de pénis. 


Le fil rouge de la rétrospective, c'est le thème des pirates. "Cette thématique a été inspirée par une visite de Paul McCarthy et son fils, Damon, à Disneyland en Californie. Ils ont visité l'attraction pirate des Caraïbes et ils ont adoré. Mais ils voulaient créer leur propre version sans censure, et avec beaucoup d'humour", raconte la directrice de la galerie. 

"Il y a aussi une parodie de la scène politique : ça c'est Paula Jones, la fille qui avait accusé Bill Clinton de harcèlement sexuel. Donc c'est une parodie de cette scène et de la corruption", décrit Federica Beretta. 


Mais même, si l'artiste est très reconnu à l'échelle internationale - il est exposé au Centre Pompidou de Paris ou au  musée Guggenheim de Bilbao - le grand public n'est pas forcément du même avis.

Je vois de tout comme réaction... Il y a des personnes extrêmement choquées, d'autres qui partent directement quand elles voient les œuvres et des personnes qui considèrent que c'est de l'art et qui apprécient". 

Un employé de la galerie.

Si vous voulez vous faire votre propre avis, l'exposition est gratuite et la galerie est ouverte du mardi au samedi, de 12 h à 20 h.

Les œuvres et la bouteille de ketchup seront exposées jusqu'au 27 août.