Sécheresse : la mairie de Menton tente de trouver de nouvelles solutions pour rationaliser l'eau grâce aux technologies

Publié le Mis à jour le
Écrit par C.C. avec Margaux Delaunay et Loïc Blache

De nombreuses communes du département ont été placées en « alerte sécheresse » par la préfecture depuis fin mars. Entre l'Italie et Menton, les nappes phréatiques ne s'alimentent pas suffisamment. À Menton, on mise sur l'optimisation de l'arrosage.

Menton fait face à une sécheresse jamais observée depuis 1959. Une situation engendrée par deux phénomènes concomitants : 

Le premier, c’est ce manque de pluviométrie que l’on connaît sur notre territoire. Il y a aussi un autre phénomène, malheureusement issu de la tempête Alex : la nappe phréatique qui ne s’alimente plus correctement.

Sylvain Michelet, Directeur général des services techniques de la CARF

Alors un nouveau puits plus profond vient d'être créé, mais c'est surtout dans les communes que tout se joue.

Les plantes elles-mêmes, elles sont impactées. Pas mal de plantes sèches, on a des tâches jaunes sur les gazons qui se font apparaitre on a d'autres choses qui se remarquent justement comme les arbres qui en souffrent moins de fruits moins de production.

Nicolas Bévière, Jardinier

Alors plus question de gaspiller la moindre goutte d'eau ! Pluviomètre, capteurs sous terrain, et testeurs d'humidité font leur apparition. Ces innovations permettent à la mairie de recevoir des données en temps réel pour optimiser l'arrosage. Un plus pour l'environnement, mais pas uniquement :       

Ça évitera aux agents de se déplacer pour vérifier les compteurs d'eau, on vérifie nos factures et donc permettre de faire potentiellement des économies non-négligeables, puisqu'on évalue les expériences qui ont déjà été menées dans d'autres collectivités, que la facture devrait se réduire d'au moins 30%.

Stéphanie Jacquot, 2e adjointe de la mairie de Menton en charge du numérique

Trois entreprises testent actuellement leur dispositif dans les parcs et les jardins de la ville. Dans six mois, selon les résultats, elle fera son choix.