A Nice, la nomination de François Braun comme ministre de la Santé ne convainc pas les syndicats

Publié le Mis à jour le

Depuis des années l'hôpital est en crise. A Nice, la CGT ne s'attend pas à ce que la situation s'améliore avec la nomination de François Braun.

Un docteur à la tête du ministère de la Santé. François Braun est médecin urgentiste, il a été nommé ministre de la Santé le 4 juillet pour succéder à Brigitte Bourguigon, battues aux élections législatives. 

Ancien chef des urgences à l'hôpital de Metz-Thionville, il devra appliquer le traitement qu'il a prescrit. Il vient en effet de remettre 41 propositions au gouvernement, dans le cadre d'une mission flash sur les "soins non programmés". 

Parmi celles-ci, le rapport préconise de  fermer certains services d'urgences la nuit pour centraliser les professionnels sur quelques sites. 
A Nice, les urgences ne sont pas menacées, mais le manque de personnel se fait sentir : "on fait des heures supplémentaires et on finit par s'épuiser" se désole Laurent Gleizes, responsable de l'Union départementale CGT santé et action sociale du 06.

Malgré ces conditions de travail dégradées, l'idée de fermer les urgences la nuit fait bondir Laurent Gleizes : "imaginez que vous habitiez l'Ariane, que vous ayez besoin d'un médecin, si les urgences sont fermées vous pensez qu'un praticien se déplacera dans ce quartier la nuit  ?".

Autre préconisation qui ne satisfait pas le syndicat : faire appel à des médecins libéraux pour faire des gardes. "Il y a 30 ans les médecins généralistes faisaient déjà des gardes. Il faudrait mieux embaucher des médecins", explique Laurent Gleizes. Et d'ajouter : "il faut aussi améliorer les salaires et les conditions de travail. Plus personne ne veut travailler à l'hôpital."