Affaire Legay : l'instruction doit être dépaysée devant une autre juridiction pour le parquet général

 Geneviève Legay, 73 ans, militante d'ATTAC, à Nice le 23 mai 2019. Elle participe à une manifestation des Gilets jaunes. / © ARNOLD JEROCKI / MAX PPP
Geneviève Legay, 73 ans, militante d'ATTAC, à Nice le 23 mai 2019. Elle participe à une manifestation des Gilets jaunes. / © ARNOLD JEROCKI / MAX PPP

L'information a été communiquée par ATTAC. Le parquet général d'Aix-en-Provence demande à la Cour de Cassation le dépaysement de l'enquête, comme le demande l'avocat de la septuagénaire, blessée par une charge policière à Nice lors d'une manifestation des Gilets jaunes le 23 mars dernier.

Par Catherine Lioult

L'enquête concernant la charge policière à l'origine des blessures de Geneviève Legay ce 23 mars dernier à Nice lors d'une manifestation non autorisée des Gilets jaunes sera t-elle dépaysée ? C'est ce que réclame depuis le début l'avocat de la septuagénaire. Le parquet général d'Aix-en-Provence va dans le même sens. Il le signifie à la Cour de Cassation dans un courrier en date du 11 avril. C'est l'association altermondialiste ATTAC qui l'a révélé sur les réseaux sociaux.
 

Et l'association va plus loin. 
Elle demande la démission du procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, et de tous les donneurs d'ordre.
 



Nous attendons sereinement la décision de la Cour de Cassation : le dépaysement de l'enquête est bien nécessaire à la "bonne administration de la justice"


est-il par ailleurs indiqué dans un autre tweet d'Attac.
 

Nice, un tribunal qui ne fonctionne pas comme les autres pour Geneviève Legay


La militante d'ATTAC blessée dans la charge policière était l'invitée de France Bleu Azur Matin. Au micro de Laurent Vareille, elle explique pourquoi il est nécessaire que le dossier soit instruit ailleurs qu'à Nice où les faits se sont produits.
"Ses avocats n'ont toujours pas accès au dossier", ce qui est inédit selon ses avocats.
 
Geneviève Legay (06)
La militante d'ATTAC explique pourquoi le dépaysement de son dossier est indispensable pour une enquête sereine.

Elle précise qu'elle n'en veut pas au policier à l'origine de sa chute, qui a par ailleurs exprimé des regrets.
"Il sert un peu de bouc émissaire", dit-elle, "il a obéi aux ordres".

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus