Après le test OGC Nice-AS Monaco : l'assistance vidéo déployée pour la Coupe du monde

Un technicien fait des vérifications sur le système d'arbitrage, testé lors du match amical France-Espagne au Stade de France, le 28 mars 2017. / © Franck Fife AFP
Un technicien fait des vérifications sur le système d'arbitrage, testé lors du match amical France-Espagne au Stade de France, le 28 mars 2017. / © Franck Fife AFP

L'assistance vidéo avait été testée pour la première fois en janvier en quarts de finale de la Coupe de la Ligue, lors du derby Nice/Monaco à l'Allianz Riviera. Ce système inédit de vidéo assistance sera aussi déployé pour la première fois lors d'une Coupe du monde.

Par Léa Bouquet

Le système de l'assistance vidéo à l'arbitrage, adoptée dès la prochaine saison en Ligue 1 française, va faire ses débuts lors de la Coupe du monde de football en Russie qui débute ce jeudi 14 juin.



Retour sur le test azuréen :


C'est une grande première en France et une petite révolution dans le milieu de l'arbitrage. L'assistance vidéo sera testée ce mardi soir en quarts de finale de la Coupe de la Ligue, lors du derby Nice/Monaco à l'Allianz Riviera. Elle pourra être sollicitée dans des situations précises : penalty, validité d'un but, hors-jeu ou encore carton rouge. Ce nouveau système sera prochainement étendu aux matches de la Ligue 1, pour la saison 2018-2019.

Les clubs, partagés sur l'assistance vidéo 

A l'OGC Nice, on attend de pouvoir se faire son idée. "C’est très utilisé dans d’autres sports et ça fonctionne plutôt bien, a commenté le défenseur Maxime Le Marchand. Après je suis un peu mitigé, car ça peut fausser la célébration d’un but par exemple. On s’adaptera, mais ça ne changera pas notre façon de jouer. Le sport est fait d’erreurs et la vidéo va permettre d’en éviter. Si cela peut apporter plus de justice, c’est pas mal".
De son côté, le coach des Aiglons Lucien Favre a jugé ce lundi que la vidéo mettait "une pression sur les arbitres"

L'entraîneur monégasque Leonardo Jardim souligne quant à lui une innovation. "Je défends l’arbitrage vidéo. Ce n’est pas la solution à tous les problèmes, mais il en règle certainement plus de 75% à mon sens. Pour le staff et les joueurs, ça ne change pas grand chose, juste de savoir que la première décision de l’arbitre peut évoluer. Je crois que cela va aider le foot et le travail des arbitres."


► Le clin d'oeil du dessinateur Gièfem sur l'utilisation de l'assistance vidéo dans le football : 
© MAXPPP
© MAXPPP

 

A lire aussi

Sur le même sujet

J.P. Vassalo, maire de Tende (06)

Les + Lus