Ascros : l'école du village renaît grâce à la bonne idée du maire

Le village d'Ascros compte 160 habitants, et cinq de plus depuis cet été. / © Raymond Chapelard - France TV
Le village d'Ascros compte 160 habitants, et cinq de plus depuis cet été. / © Raymond Chapelard - France TV

C'est peut-être la bonne idée pour sauver les écoles en milieu rural : des locations en-dessous du prix du marché. Dans le petit village d'Ascros, le maire n'a pas hésité à financer des appartements pour attirer des familles avec enfants. Un couple et ses trois enfants se sont installés cet été.

Par Aline Métais

Sans école, c'est la mort du village. Alors comment attirer de jeunes familles pour sauver l'école et maintenir la vie dans le village ? Une question existentielle pour beaucoup de maires ruraux confrontés à l'exode des familles vers les villes et à un vieillissement de leur population.

La bonne idée


Dans le village d'Ascros, 160 habitants, le maire, Vincent Giobergio, a lancé un appel à la radio l'année dernière. Il a proposé trois appartements communaux en dessous du prix du marché. Son seul espoir pour sauver son école maternelle en sous-effectif, menacée d'un regroupement avec le village voisin, La Penne. La petite commune d'Ascros se situe à une soixantaine de kilomètres de Nice (Alpes-Maritimes), à plus d'une heure et demie de trajet de Nice.
Une proposition entendue par la famille Jaeck. Le couple et ses trois enfants ont quitté Nice, le bruit des voitures et des camions de pompiers pour s'installer à Ascros cet été. Sans aucun regret. 

Prix imbattable


Le père est au chômage, la mère travaille à temps partiel et leurs trois enfants sont scolarisés dans l'école du village. C'était la condition indispensable pour obtenir un loyer d' appartement à prix imbattable : 200 euros par mois pour 160 mètres carré. "Impensable sur la Côte d'Azur", souligne Bruno Jaeck. 

Reportage à Ascros : Audrey Richier, Raymond Chapelard 
Intervenants : Bruno Jaeck, Roxane Jaeck - Vincent Giobergio, maire (LR) d'Ascros.
Le maire assume et revendique ses prix en dessous du marché : "ça permet de stabiliser des populations sur notre village qui en a besoin." Grâce à cette offre immobilière, huit nouveaux élèves ont pu être inscrits.
 

Soulagement


Pour les autres parents d'élèves, c’est un soulagement. "Il aurait fallu faire des kilomètres le matin pour aller dans une autre école, cela aurait été plus contraignant." Autre initiative municipale, il y a deux ans, le maire avait réussi à sauver le bar restaurant du village.
 

Sur le même sujet

Un témoin raconte l'intervention à Saint-Raphaël

Les + Lus