En battant Nancy 3-1, l'OGC Nice s'assure le podium de la Ligue 1

Le joueur niçois Jean Michaël Seri fêtant son but aux côtés de ses coéquipiers pendant le match Nice-Nancy ce samedi 15 avril. / © Yann COATSALIOU / AFP
Le joueur niçois Jean Michaël Seri fêtant son but aux côtés de ses coéquipiers pendant le match Nice-Nancy ce samedi 15 avril. / © Yann COATSALIOU / AFP

Ils n'avaient que la victoire à arracher aux Lorrains pour s'assurer leur place sur le podium du championnat, une première en 41 ans. À 73 points, le club azuréen n'a plus rien à craindre de l'Olympique Lyonnais, resté à 54 points.

Par AFP

Les Niçois, qui se sont imposés 3-1 à domicile devant Nancy ce samedi 15 avril lors de la 33e journée, sont assurés de terminer sur le podium de Ligue 1 et de se qualifier pour le 3e tour préliminaire de la prochaine Ligue des champions.

Grâce aux buts de Mickaël Le Bihan (35e) puis de Jean Michael Seri (51e et 84e) contre un but du Nancéien Maurice Dale (26e), le club azuréen compte désormais 19 points d'avance sur l'Olympique Lyonnais, 4e, et ne peut donc plus être repris. De cette façon, il s'assure ainsi son meilleur classement depuis 41 ans et la saison 1975-1976.


Pourtant, la rencontre avait mal débuté avec l'ouverture du score de Dale, sur une erreur de relance de Valentin Esseyric. Mais Le Bihan, longtemps indisponible cette saison sur blessures, a ramené les deux équipes à égalité. Le co-meilleur passeur du championnat, l'international ivoirien Seri, a ensuite converti un penalty obtenu par le latéral brésilien Dalbert, avant de sceller le résultat en fin de match.

L'entraîneur niçois Lucien Favre s'est ensuite exprimé en conférence de presse. Des propos recueillis par Laurent Verdy et Richard De Silvestro
L'entraîneur de Nice Lucien Favre en conférence de presse


Champions d'automne en mi-saison


Les Niçois, qui comptent dans leur rang la star italienne Mario Balotelli et sont entraînés depuis cet été par le Suisse Lucien Favre, n'ont été battus que deux fois depuis le début du Championnat, à Caen 1-0 début novembre et à Monaco 3-0 début février.

Champions d'automne à la mi-saison, ils ont progressivement perdu leur avance en seconde partie de Championnat (8 victoires, mais 5 nuls et 1 défaite) par rapport au rythme effréné de Monaco et Paris (seulement deux nuls de la 20e à la 32e journée), du fait notamment des indisponibilités de certains cadres (départ de Seri à la CAN, blessures du capitaine Paul Baysse, de l'attaquant Alassane Pléa, du milieu Wylan Cyprien...).


Mais l'équipe sacrée quatre fois en championnat de France (1951, 1952, 1956, 1959) n'en est pas moins assurée de réaliser sa plus belle saison depuis 41 ans, et a fortiori depuis qu'elle a retrouvé l'élite en 2002.

Ce samedi soir, à 21 heures, l'AS Monaco affrontera Dijon au stade Louis II. L'enjeu sera là aussi de taille, puisque Monaco est à égalité avec le Paris-Saint-Germain à la première place du classement de Ligue 1.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus