CARTE. Construction de nouveaux bassins, rénovations des anciens... On vous dit tout sur le plan piscines de Nice

Publié le Mis à jour le

Christian Estrosi a présenté ce jeudi 16 décembre, son "Plan piscines" pour la ville de Nice. Près de 120 millions d'euros vont être débloqués sur dix ans pour la construction de trois centres aquatiques et la réhabilitation de cinq déjà existants.

Avec 580 000 baigneurs par an et dix bassins, Nice n'a pas assez de piscines municipales. C'est le constat dressé par son maire Christian Estrosi, ce jeudi 16 décembre, lors de la présentation du "Plan piscines" pour la ville. 

Au total, près de 120 millions d'euros sur dix ans vont être nécessaires pour rénover les piscines existantes et en construire de nouvelles, a annoncé le maire de Nice.

On fait le point.

Pourquoi un "plan piscines" ? 

Christian Estrosi a justifié son plan par des bassins vieillissants, des installations vétustes et énergivores, qui offrent peu de lignes d'eau au public. Le nombre de bassins est en dessous du ratio français, note-t-il.

À Nice, "il en faudrait 35", soit 25 de plus que l'offre existante. 

En bleu sur notre carte, les bassins déjà ouverts et en brun les futures installations :

Par ailleurs, si 22 % des nageurs niçois sont des scolaires, les 5 400 m2 de bassins sont "insuffisants pour accueillir dans les meilleures conditions l’ensemble des écoles et avoir un programme complet et efficace pour l’apprentissage de la natation", estime Christian Estrosi.

Selon lui, 15 % des enfants de la ville ne maîtrisent pas la nage en entrant en sixième – cette proportion monte à 25 % dans les zones REP (réseau d'éducation prioritaire). 

Ce "plan piscines", en étoffant l'offre des complexes aquatiques niçois, veut ainsi permettre un meilleur apprentissage de la natation.  

Construction de trois nouvelles piscines

Le plan piscine prévoit la construction de trois centres aquatiques :  

  • Au sein de la Cité des sports, un "complexe aquatique d’envergure et exemplaire en matière de performance énergétique" sortira de terre à l'horizon 2026. Au programme : un bassin découvert de 50 mètres, un bassin couvert de 25 mètres, un bassin d'apprentissage, un bassin balnéo-fitness et un espace bien-être. Pour un montant global de 30 millions d'euros.

  • Dans le cadre du projet de rénovation intégrale de la base nautique de Carras, un complexe aquatique comprenant deux bassins (un d'eau de mer en plein air, l'autre dédié aux activités sport-santé) et un espace sauna/hammam verra le jour en 2028. Coût estimé du projet : 45 millions d'euros.

  • Enfin, Christian Estrosi souhaite créer dans le port de Nice "une base nautique d'excellence" où viendrait s'ajouter un bassin de 25 mètres en eau de mer, avec un espace santé et bien-être. Pour l'heure, des études de faisabilité vont être lancées, mais le montant devrait s'élever à 15 millions d'euros.

Cinq piscines existantes vont être rénovées

Le projet prévoit de plus la rénovation de cinq piscines, dont trois doivent être réhabilités "d'urgence".

Les piscines de l'Ariane, de Saint-Roch et de Saint-Augustin, construites dans les années 1970, "ont largement dépassé la date de péremption", explique Christian Estrosi.

La sécurité n'est plus garantie et les coûts de fonctionnement sont très importants. 

  • L'Ariane, dont le premier chantier a été lancé, devrait rouvrir pour la rentrée 2022. Un espace ludique en extérieur sera créé. Coût : 2 millions d'euros ;
  • Outre la réhabilitation de la piscine, un nouveau bassin mixte balnéo-ludique va être ajouté à Saint-Roch. Coût : 4,3 millions d'euros pour une livraison d'ici 2025/2026 ;
  • La piscine Saint-Augustin sera elle aussi réhabilitée et un espace ludique y sera créé. Coût : 4,2 millions d'euros pour une livraison d'ici 2026/2027.

Deux autres piscines nécessitent une rénovation selon Christian Estrosi :

  • Comte-de-Falicon, qui présente un potentiel de développement en complexe avec la création d'ici 2027 d’un bassin d’apprentissage ainsi qu'un espace balnéo-ludique et de fitness (coût : 7,2 millions d'euros) ;
  • Le Piol, qui va être entièrement démoli et reconstruit à l'identique pour 2028 et 2,4 millions d'euros.

Les riverains mitigés

À Nice, les avis sont partagés sur ces annonces.

C'est surtout la construction des trois nouveaux complexes aquatiques qui font tiquer. "Ce qui nous plairait, ce serait de grands clubs nautiques, par exemple en haut du Paillon, dans les rivières ou même dans le Var, plutôt que de reconstruire des piscines municipales à Nice", avance un Niçois. Et un autre d'ajouter : "On a la mer à proximité donc, l'été, on ne s'en servira pas. Je ne vois pas trop l'intérêt, très honnêtement"

Une Niçoise tempère : "J'ai pas mal d'amis qui vont à la piscine pour faire du sport, notamment en hiver. Je trouve que c'est bien !"

Et comme le disent certains passants, il y a toujours la mer Méditerranée pour se baigner !