Comment décrypter les expressions du visage avec un masque, une Niçoise créé un livre avec un financement participatif

Le port du masque est devenu obligatoire dans les entreprises, les écoles et les lieux publics en cette période d'épidémie de Covid-19. Peut-on pour autant lire sur les visages ? Un livre pédagogique pour petits et grands est en cours d'élaboration, à l'aide d'une cagnotte en ligne.
Et si les yeux parlaient suffisamment pour tout dire ? Manon Berthod estime que déchiffrer les expressions du visage est possible dès le plus jeune âge, même quand il est en partie dissimulé sous un masque !

Pour la Niçoise, éducatrice pour des jeunes enfants depuis 2012, les 13 expressions que sont la surprise, la douleur, la quiétude, la tristesse, la gêne, la colère, le dégoût, l'inquiétude, l'excitation, la peur, l'agacement, la fatigue, la passion ou la joie, la tristesse, l'inquiétude, la colère, la douleur, l'agacement, et enfin la peur, se manifestent en tout premier lieu par le regard. L'obligation du port du masque dès le premier confinement lui a donné une idée : donner des clés de compréhension à des enfants, désemparés face à des visages "déshumanisés".

Regarder ce qui est visible, pas caché

Manon Berthod, 30 ans, explique le procédé de décryptage. 

Par exemple pour la joie même si on ne voit pas le sourire, on a les pommettes qui remontent, les yeux qui deviennent un peu plus petits, le teint rosit aussi, pour la tristesse, on a les larmes qui commencent à monter ou qui coulent, le visage se replie sur lui-même, le nez se plisse et les sourcils tombent sur le visage...

Manon Berthot

Forte de son expérience, Manon Berthod a donc imaginé un livre numérique à destination des petits ( 3-8 ans). Un outil pédagogique mais il fallait des images ! C'est via Instagram qu'elle a localisé à Montpellier Solène Laferrière, graphiste, et illustratrice de l'ouvrage. Solène était partante pour cette aventure, les jeunes femmes ont appris à collaborer à distance.
Un visage peut être dissimulé ou pas par un masque qui se présente sous la forme d'un rabat, ce qui permet au lecteur d'identifier les expressions. Dès le 11 mai, l'outil pédagogique gratuit était disponible en ligne pour une durée de 6 mois, et il a rencontré son public, 36 000 personnes l’ont parcouru dont de nombreux professionnels, qui ont trouvé l'outil très performant.

L'étape suivante ? Le livre version papier

Au regard du succès rencontré, les Manon et Solène ont lancé un pari : présenter une version papier de leur livre pour un public élargi, les enfants dès 2 ans, les ados, les adultes qui ont des difficultés relationnelles et les professionnels. Pour cela, il fallait un financement. Elles ont opté pour une cagnotte en ligne "Les yeux qui parlent".

Depuis le 10 novembre, 5 763 € ont déjà été recueillis grâce à 134 contributeurs. Reste 17 jours pour obtenir la totalité de la somme, soit 6 800 €. Idée : imprimer le plus de livres possible car il n'y aura qu'une impression ! Manon précise qu'à chaque don de plus de 120 euros, un livre sera offert à un service pédiatrique et c'est le donateur qui le choisira.
Et à 17 jours de l'échéance, les deux jeunes femmes, qui ne se sont pas encore vues physiquement, croisent les doigts pour réaliser leurs objectifs.  Pour permettre de lire sur les visages à livre ouvert ! 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19 éducation