• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Coupe du monde féminine : les taxis en colère et la police ne transige pas

Image d'archive d'un taxi, à Nice. / © JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP
Image d'archive d'un taxi, à Nice. / © JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Sur leur page twitter, les taxis niçois multiplient les messages de colère pour avoir été menacé de verbalisation pour entrave à la circulation. Le directeur de la police municipale de Nice confirme que les taxis se trouvaient dans l'illégalité.

Par Coralie Chaillan

Les taxis sont remontés contre les autorités. A l'issue du match qui opposait l'Angleterre à l'Ecosse, ils se sont vu menacés de verbalisation alors qu'ils étaient stationnés à 300 m du stade, une distance réglementaire définie, selon eux, par le Préfet des Alpes-Maritimes par mesure de sécurité. 
 
 
Selon Fabrice Cavallera, président du syndicat des taxis niçois, la zone était saturée par la présence de nombreux VTC, qui auraient effectués des "chargements à la sauvage" au niveau du rond-point "Burger king". Les VTC qui doivent impérativement fonctionner par le biais de réservations.

La police était débordée. Les VTC étaient tellement nombreux que les autorités ont fait partir tout le monde.  La police nous a même menacé de nous verbaliser pour entrave à la circulation.

Les taxis précisent que la soirée ressemblait à une "foire d'empoigne" et qu'ils ont "pris en charge leurs clients comme et là où ils ont pu".  Fabrice Cavallera parle d'un manque concret d'organisation et exige une meilleure organisation des services de la ville et de la préfecture.

Mercredi, avec les 35 000 personnes attendues, ça ne pourra pas se reproduire. Mercredi, les taxis niçois ne passeront pas derrière des clandestins.

 précise le président du syndicat des taxis niçois.

Pour la police, les taxis ont saturé la circulation 


Les taxis disposaient d'une aire de pause et de dépose au parking P5 et ils ne s'y sont pas conformés.

selon de directeur de la Police Municipale de Nice.

De son côté, Richard Gianotti confirme la verbalisation de deux chauffeurs VTC ce lundi soir.  Le directeur de la police municipale de Nice explique que ni les taxis, ni les VTC n'avaient l'autorisation de stationner au niveau du rond-point de l'autoroute A8.

Il précise que les taxis n'ont pas respectés les règles alors qu'une aire de pause et de dépose avait été mise à leur disposition au niveau du parling P5.

Quand une personne refuse de libérer une voie de circulation et qu'elle l'entrave délibéremment, il s'agit là d'un délit d'entrave. La verbalisation, dans ce cas, est un moindre mal.

 

Les VTC pointent du doigt les UBER

Les VTC niçois appellent, de leur côté et comme ils le font régulièrement, à ne pas confondre les comportements des VTC et ceux des UBER. 

Nous les VTC, respectons la règlementation. Nous fonctionnons par le biais des réservations. Nous sommes solidiaires des Taxis car nous dénonçons, nous aussi, le racolage auquel se livrent une fois encore les chauffeurs Uber

explique Davic Le Couric, représentant local de la Fédération Française des Exploitants VTC. 

Lui, aussi, précise qu'une meilleure organisation de la part des autorités est indispensable, avec notamment des parkings, prévus pour les taxis, d'autres pour les VTC.

 

Sur le même sujet

Interview_de_Rene_Esteve

Les + Lus