Mort du jeune Aymen à Montpellier : "c'est important qu'il reste enfermé", le chauffeur qui l'avait renversé reste en prison

Le conducteur avait renversé un adolescent de 14 ans à Montpellier, en marge d'un match de la coupe du monde de football 2022. La famille du jeune garçon, décédé de suites de ses blessures, est satisfaite de son maintien en détention pour les six prochains mois, mais ne sera pas soulagée "tant que l'affaire n'est pas jugée".

"C'est important qu'il reste enfermé pour qu'il comprenne ce qu'il a fait", réagit Said Rabhi, 21 ans, au téléphone avec France 3 Occitanie. 

Son petit frère est décédé le 14 décembre 2022. Ce jour-là, Aymen succombe à ses blessures après avoir été percuté par une voiture à Montpellier, en marge du match France-Maroc de la coupe du monde 2022. 

Après un an passé en détention provisoire, le conducteur a demandé sa mise en liberté. Une décision refusée par le parquet. Le principal suspect a d'abord fait appel de ce refus avant de se rétracter. 

"On ne sait pas ce qu'il pourrait faire en liberté"

Il passera donc les six prochains mois derrière les barreaux tandis que le procès devrait avoir lieu à la fin de l'année 2024. 

"On n’est pas vraiment soulagés car l'affaire n'a pas été jugée. Elle n'est pas encore derrière nous", commente le grand frère du défunt. 

Selon lui et sa famille, il est néanmoins important que le conducteur reste écroué jusqu'au procès. "On ne sait pas ce qu'il pourrait faire en liberté. Il pourrait s'enfuir, ou causer du tort à d'autres gens".

 

Une demande de remise en liberté "mal perçue" ? 

L'avocat de la famille d'Aymen, lui, considère que la demande de remise en liberté du principal suspect aurait été "mal perçue" par le parquet si elle avait abouti, un an seulement après les faits.

Selon Maître Gallix, c'est principalement pour cette raison que le conducteur du véhicule s'est désisté de son appel, ce mardi 19 décembre. De son côté, l'avocat de l'accusé n'a pour l'instant pas répondu aux sollicitations de France 3 Occitanie. 

"Un enfant solaire, adorable et plein d'énergie"

Le jeune homme est mis en examen pour "violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Il avait été interpellé deux semaines après les faits, près de Perpignan, après son retour d'Espagne.

Lors d'une cérémonie d'hommage à Aymen, ses professeurs ont honoré la mémoire d'"un enfant solaire, adorable et plein d'énergie".