Dégradations à la mosquée En-Nour de Nice, un suspect interpellé

Un individu a forcé l'entrée du lieu de culte musulman de Nice Ouest dans la nuit de dimanche à lundi, avant de casser des écrans et de dérober du matériel.

© Franck Fernandes / MAX PPP

"Nous avons constaté les dégâts à 4h30 à l'heure de la prière de l'aube". A la sortie du commissariat où il a déposé plainte, le recteur de la mosquée En-Nour, Mahmoud Benzamia, confirme les dégradations survenues dans la nuit de dimanche à lundi dans sa salle de prière de Nice ouest, révélées par Nice-Matin.

Un homme interpellé

L'auteur présumé a été interpellé selon Mahmoud Benzamia. Il pourrait être l'auteur d'autres dégradations commise durant la soirée.

"C'est une personne qui était déjà passée jeudi soir déposer une statuette en porcelaine nounours. Je l'ai signalé à la préfecture. Et il est repassé hier (dimanche, ndlr) à 23 heures.

Il a cassé la porte de secours et a saccagé mosquée, cassé tous les écrans, le réseau informatique, il a pris des robes de prière et des tablettes tactiles.

Mahmoud Benzamia, recteur de la mosquée En-Nour.

Ce lundi après-midi, le recteur déplore qu'aucun élu ne l'ai contacté. "Nos lieux de culte demandent beaucoup de sécurité ! Il faut que cela cesse".

La mosquée En-Nour, ouverte en 2016, peut accueillir 800 fidèles musulmans. Elle est au coeur d'un bras de fer avec la mairie de Nice. Christian Estrosi a tout fait pour empêcher son ouverture, multipliant les recours au motif notamment que ce lieu de culte serait "financé par une puissance étrangère".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers