Délit de solidarité : Martine Landry, militante d'Amnesty International, relaxée à Nice

Reportée à trois reprises, l'audience  de Martine Landry, poursuivie "aide à l'entrée d'étrangers en France" a eu lieu le 30 mai dernier devant le tribunal correctionnel de Nice. Le jugement est tombé ce vendredi après-midi : c'est la relaxe !

Martine Landry et son avocate Mireille Damiano après l'annonce de la relaxe à Nice en juillet 2018.
Martine Landry et son avocate Mireille Damiano après l'annonce de la relaxe à Nice en juillet 2018. © N.MORIN
 Martine Landry, 73 ans, peut souffler. Elle est relaxée.
 
Cette militante d'Amnesty International avait été convoquée plusieurs fois devant le tribunal correctionnel de Nice, car la justice lui reprochait le 28 juillet 2017 d'avoir aidé deux mineurs guinéens de 15 ans en situation irrégulière à entrer sur le sol français, délit qu'elle contestait. L'audience avait été reportée à trois reprises en raison de la grève des avocats ou parce qu'il manquait des pièces au dossier. Le temps lui a semblé long en attendant le jugement. Enfin ! titre Amnesty International sur son site

 
durée de la vidéo: 00 min 51
Martine LANDRY, à la sortie du tribunal à Nice (06)
 

La fraternité face au délit de solidarité


Alors que le Conseil Constitutionnel a récemment affirmé que le principe de fraternité, principe de valeur constitutionnelle, la militante expliquait avoir conduit les deux Guinéens à la Police de l'Air et des Frontières de Menton, avec les documents attestant de leur minorité. Mais elle encourait  5 ans de prison et de 30.000 euros d'amende. Lors de l'audience, le procureur avait retenu l'absence d'éléments matériels et intentionnels. Il a été suivi par la juge. Les enfants, toujours suivis par Martine Landry, sont pour l'un au CIV de Valbonne, pour l'autre dans la région parisienne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société migrants immigration solidarité