Deux chèvres tuées aux portes de Nice, il pourrait s’agir d’une attaque de loup

Publié le
Écrit par Michel Bernouin
Deux des trois chèvres naines des Jardins partagés de Terra Segurana à Colomars ont été tuées en deux jours.
Deux des trois chèvres naines des Jardins partagés de Terra Segurana à Colomars ont été tuées en deux jours. © Kévin Renaut

Les faits se sont produits vendredi et samedi à la ferme pédagogique Terra Segurana à Colomars, au nord de Nice.

Une attaque de loup à Colomars, aux portes de Nice ? C’est l’hypothèse des gérants de la ferme pédagogique Terra Segurana, à Colomars (Alpes-Maritimes) qui ont vu deux de leurs chèvres dévorées en deux jours.

"Vendredi soir vers 17 heures, notre stagiaire nous a signalé qu’il avait découvert une chèvre éventrée dans son parc, témoigne Kévin Renaut, le président de l’association Les jardins partagés de Terra Segurana. Elle était partiellement mangée."

Mode opératoire compatible avec l'attaque d'un loup

Ce samedi 4 décembre au matin, c’est la compagne de Kévin Renaut qui découvre qu’une seconde chèvre manque à l’appel... Sa dépouille est retrouvée par un joggeur sur un chemin communal au niveau de la station d’épuration des Vallières.

"Un 'constatateur' de l'Office français de la biodiversité est venu lundi sur place. Selon lui, le mode opératoire ressemble à celui d'un loup, avec des animaux méthodiquement mangés, mais il n'y a pas de preuve irréfutable".

Pas de poils ni de chemin de traces, juste deux empreintes au sol ce qui est insuffisant pour affirmer avec certitude qu'un loup est passé par là…

Aucun des responsables de l'Office français de la biodiversité contactés ce mercredi n'était joignable. Les investigations seraient toujours en cours pour tenter de déterminer l'éventuellement responsabilité d'un loup dans ces attaques.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.