Le tribunal administratif donne raison à la Région, pour un comité régional du tourisme unique, le CRT Côte d'Azur va-t-il disparaître ?

Sur fond de querelles politiques entre la région et le département des Alpes-Maritimes, la décision a été rendue par le tribunal administratif de Marseille, il n'y aura plus qu'un seul comité régional du tourisme. Le CRT Côte d'Azur vit-il ses dernières heures ?

Depuis 2021, les débats autour de l'exception azuréenne faisaient bon train. La région avait supprimé la subvention de 730.000 euros dont bénéficiait le CRT Côte d'Azur. La raison : "maintenir un seul comité régional de tourisme pour l'ensemble du territoire régional, comme dans toutes les autres régions de France". Le département des Alpes-Maritimes avait de son côté décidé de compenser cette dotation.

Le tribunal administratif donne raison à la région 

Sur fond d'opposition entre les élus de droite de la région Sud-Paca, dirigée d'un côté par Renaud Muselier (Renaissance), et son président délégué du conseil régional, Christian Estrosi (Horizons) et de l'autre le CRT Côte d'Azur, dirigé jusqu'en 2022 par David Lisnard (LR), puis désormais Alexandra Borchio-Fontimp (LR), le tribunal administratif de Marseille a tranché, "il n'y a qu'un seul CRT".

Dans un communiqué, Renaud Muselier refait l'historique du conflit et exprime toute sa gratitude :" par délibération, voté en date du 23 juillet 2021, la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a décidé de ne maintenir qu’un seul Comité régional de tourisme (CRT) pour l’ensemble du territoire régional, comme dans toutes les autres régions de France. (...) Le 18 avril dernier, le Tribunal Administratif de Marseille a donné raison à la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur en rejetant la requête du Comité régional de tourisme Côte d’Azur France qui souhaitait annuler sa décision. Le Tribunal Administratif confirme qu’il n’y a qu’un seul CRT, celui de la Région Sud !"

Spécificité locale, il existait en Paca deux comités régionaux du tourisme depuis 1942 - un sur la Côte d'Azur, et un à Marseille - là où les autres régions de France n'en ont qu'un. 

"Ça ne changera absolument rien"

Si le CRT Côte d'Azur France (qui devrait bientôt changer de nom) prend acte de la décision, pour sa présidente Alexandra Borchio-Fontimp, "on continuera à travailler de la même manière, avec les mêmes compétences, les mêmes actions et missions".

Cette assurance quant au devenir du CRT azuréen, sa présidente la tient du financement du département, qui tous les ans depuis 2021 vote la même dotation (730 000€).

On ne pourra plus s'appeler CRT, sans doute, on enlèvera uniquement le R (régional), je tiens à rassurer les professionnels avec qui on travaille. Ça ne changera absolument rien.

Alexandra Borchio-Fontimp, présidente du CRT Côte d'Azur.

Si la Côte d'Azur tient tant à sa spécificité, la raison est historique. La Côte d'Azur étant une destination de tourisme bien avant la création des CRT en 1942.