Grève de la SNCF ce week-end, pourrez-vous aller au Carnaval de Nice ou à la Fête du Citron à Menton ?

Le trafic SNCF sera fortement perturbé en France à partir de ce vendredi 16 février, seulement 1 TGV sur 2 est prévu alors que les festivités du Carnaval de Nice et de la Fête du Citron à Menton débutent ce samedi 16 février.

Mauvaise nouvelle pour les voyageurs qui avait prévu d'effectuer un trajet un train ce week-end, les syndicats CGT et Sud-Rail, appellent les contrôleurs à cesser le travail. Et pour les villes de Nice et Menton, cette grève tombe particulièrement mal, le Carnaval de Nice et la Fête du Citron commencent ce samedi 17 février. 

À LIRE AUSSI >  Carnaval de Nice 2024 : comment circuler en voiture, à vélo, en tramway et se garer durant la fête

À LIRE AUSSI > Fête du citron 2024. Comment circuler, se garer ou venir à Menton durant la fête ?

Quel impact ?

Tout dépend de la gare de départ et du type de train emprunté. En effet, pour le moment, les TER des Alpes-Maritimes et du Var sont peu impactés par la grève des contrôleurs. 

Ceux de la région Paca, eux, sont plus impactés sur certains axes. Voici le détail : 

C'est en revanche pour les trajets en TGV que l'impact va être le plus important, la SNCF prévoit un TGV sur deux en France. Et prévoit de mettre les moyens restants sur les zones de montagnes pour garantir aux plus de voyageurs possibles d'effecteur leur trajet de vacances.

Pour se rendre compte du nombre de trains prévus, voici un exemple de recherche selon si on part de Cannes ou Bordeaux pour se rendre à Nice. 

Les liaisons vers les Alpes seront assurées

La SNCF s'est engagée à assurer la circulation de tous les trains à destination du massif alpin, où de nombreux vacanciers ont prévu de profiter des stations de ski.

Une mesure commerciale "exceptionnelle" a été décidée en faveur des personnes dont le train serait supprimé ce week-end : elles recevront un code permettant d'effectuer leur prochain voyage à -50 % du prix prévu, à condition de le réserver sous 30 jours.

Pour pallier aux contrôleurs grévistes, à Nice, Christian Estrosi propose d'en appeler aux retraités de la SNCF et aux réservistes de l'armée, de la police ou de la gendarmerie. Des propos qui font réagir.