Grippe, covid et gastro-entérite, les épidémies frappent fort en Paca et particulièrement dans les Alpes-Maritimes

Avec l'hiver et les fêtes, les cas de maladies hivernales grimpent en flèche : grippe, covid, gastro ... 7 régions, dont Paca, sont en alerte rouge pour la grippe. Ce sont plus de 15% de patients en moyenne qui affluent dans les pharmacies et le pic maximal n'est pas encore atteint.

Elle pousse la porte de sa pharmacie de quartier. Patricia D. est venue faire un test. Depuis 2 jours, divers symptômes lui laissent songer qu’elle est malade : « Ça a commencé par la gorge qui picotait et le nez qui coulait. Puis dans la journée des frissons et de la fièvre. La grosse fatigue est arrivée dans la foulée. Tout s’est aggravé et j’ai eu de plus en plus mal à la gorge ».

À la pharmacie, le résultat est sans appel : positive à la covid. Depuis, Patricia est enfermée chez elle avec un traitement donné par son pharmacien : paracétamol et pastilles contre les maux de gorge. Si Patricia est positive à la covid, d'autres virus frappent fort dans la région.

Les gestes barrières toujours recommandés

Trois épidémies circulent fortement dans les Alpes-Maritimes, la grippe, la covid et la gastro-entérite.

Dans ce contexte de circulation élevée des différents virus respiratoires et en complément de la vaccination contre la grippe et la Covid-19, chez les plus fragiles comme les plus de 65 ans, l’adoption systématique des gestes barrières par tous reste primordiale, notamment le port du masque en cas de symptômes, dans les lieux fréquentés et en présence de personnes fragiles.

rappelle Santé publique France

Les cas d'infections respiratoires aiguës telles que la grippe et la covid sont en forte hausse dans la région, les Alpes-Maritimes sont particulièrement impactées avec plus de 800 cas pour 100 000 habitants.

Avec les fêtes et les gens qui se regroupent, il est facile de se contaminer les uns les autres. La baisse des gestes barrières comme l’absence du port de masques, le fait de ne plus tousser ou éternuer dans le coude ou d’arrêter de se laver les mains plusieurs fois par jour sont des facteurs aggravant les contaminations.

La vaccination toujours préconisée

Xavier Giraudon, docteur en pharmacie à Nice l'a observé dans son officine de la vielle ville : "J'ai constaté beaucoup de vaccinations contre la grippe. Il y a une réelle augmentation par rapport aux autres années. On a, d'ailleurs aussi, beaucoup de vaccinations grippe/covid combinées qui sont spontanément demandées par les clients."

Grippe, bronchiolite, covid, bronchite, les gens, la plupart du temps, confondent les symptômes.

indique le docteur Benizri

La hausse de fréquentation dans les cabinets des généralistes se constate aussi dans les pharmacies très sollicitées depuis quelques semaines. 

"Quand les gens ont des suspicions, il ne faut surtout pas hésiter à faire un autotest ou un test en pharmacie, bien penser aux autres et mettre un masque. En plus du test covid a été rajouté, cette année, en combiné, un test à la fois covid et grippe qui permet, avec un même prélèvement nasal pharyngé, d'avoir immédiatement le diagnostic. C’est sans ordonnance et gratuit. Il suffit de présenter la carte vitale et la carte de mutuelle" explique Xavier Giraudon. 

Certaines personnes sont positives simultanément aux deux maladies, ce qui les fatigue beaucoup durant plusieurs jours. Le traitement est identique pour les 2 : repos, paracétamol et surveillance.

Xarvier Giraudon, docteur en pharmacie à Nice

La gastro-entérite de Noël, tant redoutée, n’est pas encore arrivée à son pic, prévu dans deux semaines. Pour autant, le département des Alpes-Maritimes est le plus touché dépassant les 200 cas pour 100 000 habitants.

Le pic de grippe et covid qui démarre, lui, maintenant en PACA, devrait encore augmenter avec une apogée maximale fin janvier, début février, ce qui pourrait faire se superposer l'ensemble des trois maladies.

Vers une pénurie de médicaments ?

Dans ce contexte, l'inquiétude des pharmaciens est grandissante concernant les ruptures d'approvisionnement de certains médicaments. 

Le syndicat des pharmaciens des Alpes-Maritimes tient à alerter pour dénoncer cette pénurie : « Les politiques de réduction systématique des prix des médicaments, déployées depuis des années, ont conduit les industriels à privilégier d’autres marchés en détriment de la France. Cette tendance, combinée à des difficultés d'approvisionnement en matières premières et à des contingentements sur certaines molécules, génère une situation alarmante pour notre pays ».

Toutes les pharmacies des Alpes-Maritimes ont reçu des flyers pour interpeller les patients. Une pétition à destination du président de la République est à signer.

Concernant la grippe et la covid, aucun manque de médicaments de base cette année.  En revanche, des corticoïdes faisant office d’anti-inflammatoire pour traiter la covid et certains antibiotiques sont absents du stock des officines.