Jean-Marie Le Pen définitivement condamné pour ses propos sur les Roms à Nice

Jean-Marie Le Pen a été définitivement condamné à une amende ce mardi par la Cour de cassation. En 2013, l'ex-président du Front National avait qualifié la présence de Roms à Nice d'"urticante" et "odorante". 
Jean-Marie Le Pen a été définitivement condamné par la Cour de cassation pour ses propos sur les Roms en 2013.
Jean-Marie Le Pen a été définitivement condamné par la Cour de cassation pour ses propos sur les Roms en 2013. © MAXPPP
L'ex-président du Front National Jean-Marie Le Pen a été définitivement condamné ce mardi par la Cour de cassation, pour ses propos injurieux sur les Roms. En 2013, il avait qualifié la présence de Roms à Nice "d'urticante" et "odorante"

Il y a un an, la cour d'appel d'Aix-en-Provence avait jugé Jean-Marie Le Pen coupable de provocation à la haine et de discrimination, et l'avait condamné à payer 5000 euros d'amende. Un jugement que la Cour de cassation a donc choisi de confirmer. 

Retour sur les faits

Les propos de Jean-Marie Le Pen datent de juillet 2013, alors qu'il donnait une conférence de presse à Nice devant des journalistes. 

"Vous avez quelques soucis, paraît-il, avec quelques centaines de Roms qui ont dans la ville une présence urticante et disons odorante. Ceci n'est que le petit morceau de l'iceberg", avait-il notamment déclaré. 

La justice avait alors estimé que ces déclarations n'avaient pas lieu d'être, car elles "présentaient un caractère public". L'arrêt souligne également que l'ex-frontiste "savait que les journalistes relayeraient" ses propos, incitant ainsi "le public à la discrimination, à la haine ou à la violence envers la communauté rom".

Jean-Marie Le Pen a déjà été condamné par le passé pour des propos de natures diverses, notamment pour avoir qualifié les chambres à gaz de "détail" de la Seconde Guerre mondiale, ou encore affirmé que l'Occupation n'aurait pas été "particulièrement inhumaine".

(Avec AFP)

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rassemblement national politique migrants société immigration justice jean-marie le pen