Le “Journal des Municipales”, le tract caché du Rassemblement National pour les municipales de Nice

Le premier numéro du "Journal des municipales" est paru le 21 octobre 2019. / © Capture d'écran : "Journal des Municipales"
Le premier numéro du "Journal des municipales" est paru le 21 octobre 2019. / © Capture d'écran : "Journal des Municipales"

Depuis quelques jours, un gratuit est distribué à la sortie du tram', dans la rue et les commerces de Nice. Le site internet Riveractu révèle que le "Journal des Municipales" est en réalité un tract du candidat Rassemblement National pour les municipales 2020.

Par Hugo Lemonier

La "Une" a de quoi attirer l'oeil : "Estrosi. Déjà 12 ans !" Le "Journal des municipales" promet une somme de révélations sur "le vrai bilan" du maire de Nice : "une dette hors de contrôle", "ses compromission avec l'islamisme", "une ville qui perd son âme".

Dès la page 2, le ton est donné : Christian Estrosi est jugé responsable du "chaos" engendré par la mise en place de la Ligne Azur ; Cédric Roussel, prétendant à l'étiquette LREM, est dépeint comme un député "élu par accident en 2017", qui aspire à un ancrage local lui faisant tant "défaut" ; la gauche, elle, est "unie dans la division".
Aucun candidat ne trouverait donc grâce aux yeux du "Journal des municipales" ? Mais si ! Philippe Vardon, qui "semble décidé à imposer [son] rythme à ses adversaires !"

Ses équipes "présentes en permanence sur le terrain" et ses "initiatives" ne lui valent - à en croire le "journal" - que des succès... Pour preuve, cette réunion contre le "chaos en centre-ville", "avec une partie de l'assistance forcée de l'écouter depuis l'extérieur, la salle étant pleine !"

De très, très discrets éditeurs

Page 6, encore un signe de cet étrange tropisme : le "fondateur d'un important cabinet d'expertise-comptable" invité à livrer "son regard sur le bilan économique de la gestion Estrosi" n'est autre que Robert Ripoll, nommé patron du Front National à Nice en 2014. 

L'explication de cette préférence appuyée pour le parti de Marine Le Pen se trouve écrite en tout petit, page 7 : "Ce Journal des Municipales est édité par l'AFEPV2020 dans le cadre des élections municipales des 15 et 22 mars 2020 à Nice." Nos confrères du site internet Rivieractu n'ont eu aucun mal à déchiffrer cet acronyme : "Association de financement électoral Philippe Vardon 2020".

Pour ceux qui se prendraient encore à douter, un rappel est glissé à la dernière page du "Journal des municipales". La rubrique "agenda" est tout entière consacrée au prochain meeting du candidat Rassemblement national... Un véritable tract de campagne, le logo et la franchise en moins.
Certains, d'ailleurs, ne s'y sont pas trompés. Le propriétaire d'une boutique religieuse, présenté comme "l'imam radical du quartier des Moulins", "dénonce une offensive du FN et de son représentant local Philippe Vardon", dans un communiqué publié sur facebook. Il annonce "se [réserver] le droit d'agir et de saisir la justice".

Contacté en début d'après-midi, Philippe Vardon nous a fait parvenir une réponse écrite : "Le Journal des Municipales est un outil d'information s'inscrivant à part entière dans la campagne des élections municipales menée par Philippe Vardon. Écrit, financé, distribué dans le cadre de celle-ci, il respecte les règles inhérentes à un document de campagne."

"Une information alternative" revendiquée

Le candidat Rassemblement national indique que le "Journal des municipales" est "né d'une réflexion" "Comment toucher aussi ceux qui se sont éloignés de la politique, ceux qui instinctivement rejettent un document électoral, un "tract" - quel qu'il soit - quand on leur en tend un ?  Ainsi, il participe autant d'une démarche militante que d'une démarche citoyenne."

Philippe Vardon assure s'appuyer sur des "journalistes et d'anciens journalistes" pour confectionner ce journal, sans directeur de publication, ni rédaction identifiée. "Tiré à plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires, il sera diffusé tout au long de cette campagne", annonce le candidat.

"Son objectif est d'offrir une information alternative", poursuit-il, rappelant au passage les "faits alternatifs" de l'entourage de Donald Trump. "Bien sûr - et cela apparaît en plusieurs endroits du journal, il prend parti et affirme sa préférence pour un candidat, comme cela arrive aussi souvent à d'autres journaux."

Et de conclure : "On parle souvent de "faire de la politique autrement", c'est aussi l'objectif et la démarche de ce Journal." La politique autrement, et à visage masqué.
 

Sur le même sujet

Les + Lus