• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Journée européenne de la prostate, l'occasion d'échanger autour de la maladie

Cancer de la prostate : le dépistage précoce et l'évolution des techniques font baisser la mortalité / © FTV
Cancer de la prostate : le dépistage précoce et l'évolution des techniques font baisser la mortalité / © FTV

Le cancer de la prostate est une maladie silencieuse. Il touche 50 000 hommes en France chaque année. A Nice, tous les professionnels du secteur public et privé sont mobilisés pour répondre à vos questions sur un organe méconnu.

Par Catherine Lioult

Louis Di-Vita n'a rien vu venir. A 51 ans, sportif, il prenait bien soin de sa santé avec un mode de vie sain. Et le ciel lui est tombé sur la tête quand il a appris qu'il avait un cancer de la prostate très agressif. Il n'avait pas de symptômes car il s'agit d'une maladie silencieuse. Il a été opéré à Nice, dans le service urologie du CHU. 

 
Louis Di-Vita ( 06 )
Ca patient de 51 ans a été victime d'un cancer de la prostate, un cancer silencieux qui touche 40 000 hommes en France chaque année.

Chaque année en France, 50 000 nouveaux cas sont diagnostiqués et on déplore plus de 8000 décès chez les hommes âgés de 65 ans et plus. Il s'agit du  premier cancer de l'homme, avant le poumon.
A Nice, ce vendredi,  à l'occasion de la journée européenne, une prostate géante sera installée place Massena de 9 heures à 17 heures.

Les équipes d’urologie du Groupement Hospitalier de Territoire des Alpes-Maritimes et  celles du secteur libéral répondront aux questions des visiteurs, tant en matière de prévention que de soins.


Une journée pour un organe méconnu


La prostate est une glande située sous la vessie et avant le rectum, qui fait partie de l’appareil reproducteur masculin.
Le docteur Matthieu Durand, Chirurgien Urologue au CHU de Nice pilote cette journée de sensibilisation. 
Il rappelle qu'un cancer n'est pas un adénome, qui est bénin, et qu'il y a autant de formes de maladies que de patients.
 

Le dépistage


L'enjeu de cette journée ? Inciter les hommes à discuter avec leur médecin traitant. Le dépistage passe par une prise de sang et le dosage du PSA  (Antigène Prostatique Spécifique), un toucher rectal. Le moindre doute conduit à une IRM de la prostate voire une biopsie mais ce dernier acte est invasif. C'est le médecin qui décidera avec le patient ce qui est le plus approprié.
 

Les soins

Soigner un cancer de la prostate peut conduire à une ablation de l'organe, une radiothérapie, une curiethérapie, une cryothérapie ou des ultrasons facalisés de haute intensité voire une combinaison de traitements. Dans les Alpes-Maritimes, ces techniques sont pratiquées dans le secteur public et privé. 
La journée européenne de la prostate, c'est aussi l'occasion de se renseigner.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Louis Di-Vita ( 06 )

Les + Lus