La ligne de train Thello Marseille-Nice-Milan, c'est fini

Thello filiale de la compagnie des chemins de fer italiens Trenitalia annonce la fin des deux lignes qu'elles exploitent en France. Paris-Milan-Venise et Marseille-Nice-Milan. Un coup d'arrêt pour un retour en force.

Coup d'arrêt pour la ligne Thello, Marseille-Nice-Milan.
Coup d'arrêt pour la ligne Thello, Marseille-Nice-Milan. © Eric Ottino / MaxPPP

Les deux liaisons étaient à l'arrêt depuis le début de la crise de la covid, ce vendredi 25 juin, Thello siffle la fin de la partie. Sur son site, la filiale franco-italienne de trenitalia annonce les dates des derniers voyages. Trop peu de clients ? L'entreprise n'indique pas si ces lignes n'étaient pas rentables.

Stop au 1er juillet

Les liaisons Marseille-Nice-Milan en train de jour "s'arrêtent de manière définitive le 1er juillet 2021" explique Thello. Le dernier train de Milan à Nice lui circulera le 29 juin et le dernier Nice-Milan le 30 juin, selon le site de Thello. Quant aux Paris-Milan-Venise dernier arrêt en gare prévu le 1er juillet. La suppresion a fait réagir Philippe Tabarot, sénateur des Alpes-Maritimes sur twitter .

C'est en 2014 que la ligne avait été lancé, après avoir été accusé de concurencer le TER. Théoriquement trois trains par jour circulaient, mais la cadence a été réduite pour cause de Covid-19, avec un seul aller-retour quotidien Nice-Milan par jour. 

Thello voit plus grand

A Rome, la maison mère Trenitalia avait indiqué en octobre -quand la CFDT avait fait part de l'intention de la compagnie de fermer Marseille-Nice-Milan- "être dans une phase de transition, avec un projet beaucoup plus grand, la grande vitesse en France". En 2018, déjà Thello parlais de lignes à grandes vitesses notamment Paris-Milan et
Paris-Bruxelles, reste à voir si ces projets sont toujours dans les cartons. 

 "Thello est prêt à affronter de nouveaux projets et de nouveaux défis en France"

Thello, filiale Trenitalia.

Selon l'AFP, Thello doit lancer des trains à grande vitesse, à l'automne selon la profession, sur la ligne Paris-Lyon-Milan, face aux TGV de la SNCF.

Le service après-vente assurera le traitement de toutes les réclamations des clients, ajoute la compagnie.
 

Avec l'AFP.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trains régionaux économie transports italie international