Le train de nuit Paris-Nice fait son retour avec Jean Castex parmi les passagers ce 20 mai

Si vous avez la nostalgie des trains-couchettes... Le Paris-Nice, avait tiré sa révérence le 9 décembre 2017, il devait renaître ce 16 avril. Sa relance a été reportée à ce 20 mai à cause du confinement... avec Jean Castex en passager d'honneur !

Le train de nuit Paris-Nice fait son retour avec Castex en passager, en vrai pas sur smartphone !
Le train de nuit Paris-Nice fait son retour avec Castex en passager, en vrai pas sur smartphone ! © Olivier ARANDEL Maxppp

On pourrait parler de serpent de mer, l'image colle assez bien au retour du train de nuit entre Paris et Nice. Il était annoncé un retour sur les rails le 16 avril dernier, la SNCF avait lancé le 25 février la vente des billets du train de nuit Paris-Nice... C'était sans la page confinement.

La SNCF avait en effet annoncé le vendredi 9 avril qu'elle réduirait encore la cadence sur les TGV à partir de ce lundi 12 avril, les mesures de restriction de la circulation ayant encore fait chuter la fréquentation. 

C'est ce 20 mai le grand jour et en grandes pompes ! Passionné de trains, le Premier ministre doit inaugurer cet Intercités de nuit à la gare d'Austerlitz avant d'y dormir en couchette : départ à 20H52, arrivée à 9H06 ce vendredi gare Thiers à Nice.

La gare Thiers à Nice.
La gare Thiers à Nice. © Céleste Neuquelman FTV

Soit douze heures de trajet, contre moins de six heures en TGV. 

Ce lancement doit "mettre en valeur un mode de transport vertueux qui participe au désenclavement des territoires. Nice est ultra connecté pour les CSP++ mais moins pour les étudiants et autres.

a souligné l'entourage du Premier ministre dans un communiqué.

A noter sur le réseau régional ce week-end :

L'offre de nuit est la suivante :

Le train, au départ de Paris-Austerlitz à 20h52, devait desservir tous les jours --sauf travaux-- Marseille-Blancarde, Toulon, Les Arcs (Var), Saint-Raphaël (Var), Cannes (Alpes-Maritimes), Antibes (Alpes-Maritimes) et Nice.

L'arrivée est prévue à 9H06, et dans l'autre sens à 6H55, pour un départ de Nice à 19h16 la veille.

Les billets sont proposés à partir de 19 euros en siège incliné, 29 euros en couchette de seconde classe et 39 euros en couchette de première. Dans l'immédiat, le Paris-Nice repart avec les voitures
qui vont normalement à Briançon (Hautes-Alpes), une liaison actuellement fermée pour travaux.

Actuellement il ne reste que deux liaisons de trains de nuit, contre huit en 2015 :

Mon ambition, c'est une dizaine de trains de nuit en 2030" organisés autour de quatre grands "corridors" (Bordeaux-Marseille, Dijon-Marseille, Tours-Lyon via l'Ile-de-France, et Paris-Toulouse),

le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari

Avec retard mais soulagement pour les défenseurs des lignes nocturnes :

"En France, le développement du TGV a mangé les trains de nuit et l'offre s'est dégradée. Il faut changer cela", souligne le ministre. Ces lignes s'articuleront autour des liaisons européennes en projet, des deux lignes restantes en France et des deux autres annoncées dans le plan de relance en septembre dernier.

Paris-Nice, le retour

Cette ligne avait tiré sa révérence le 9 décembre 2017 malgré une forte mobilisation des syndicats de la SNCF et des voyageurs. Depuis septembre 2020, la relance des lignes Paris-Nice et Paris-Tarbes, grâce à un financement de 100 millions d'euros, pour la rénovation de 50 voitures d'ici à 2022 est bien actée.

Ces deux lignes devraient ouvrir "en avril et décembre 2021", précise le ministre. Il avait été d'abord été question d'une reprise en janvier de cette année.

Ambiance sur la ligne Paris-Nice en 2017 :

Aujourd'hui pour relier en train la capitale à la Côte d'Azur, un trajet Paris vers Nice est proposé par les compagnies TGV Inoui. Il part de Paris Gare de Lyon et arrive à Nice gare Thiers. Le premier de ces trajets part chaque jour à 5h18 puis à 16h09.

L'Union européenne a fait de la relance des trains de nuit une de ses priorités.
   - Avec AFP

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie sncf confinement santé société covid-19