• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Marie-Christine Arnautu candidate du FN aux municipales à Nice: “Je veux remporter la mairie”

© MAXPPP
© MAXPPP

Marie-Christine Arnautu sera bien la candidate du Front national à Nice à l'élection municipale en 2014. Avec une ambition claire: gagner. Elle ne souhaite pas faire liste commune avec les identitaires de Philippe Vardon et assure ne pas avoir eu de contact pour l'instant avec Jacques Peyrat.

Par Olivier Le Creurer

La commission d'investiture du Front national a tranché mardi: Marie-Christine Arnautu, soutenue par le président d'honneur Jean-Marie Le Pen, sera bien la candidate du FN à Nice au printemps prochain. "C'est une très belle aventure qui commence, je viendrais à la rencontre des militants la semaine prochaine et je vais m'installer à Nice tout en poursuivant mes fonctions de vice-présidente du Front national chargée des affaires sociales."  L'objectif est clair: "Compte tenu du contexte, Nice est gagnable" Avec qui ? Marie-Christine Arnautu écarte toute liste commune au 1er tour avec les Identitaires de Philippe Vardon:

"Je veux envoyer un message clair. La nation est au coeur de notre préoccupation. Les identitaires militent pour le régionalisme et une Europe fédérale. Nous ne sommes pas d'accord. Mais nous pourrions nous rejoindre au second tour."


Ce à quoi Philippe Vardon répond:

Puis Philippe Vardon précise toujours sur twitter:" #MCArnautu parle d'un accord de 2nd tour un an avant, alors prq ne pas discuter du 1er tour ?! #incompréhension"

Quid de Jacques Peyrat pour Marie-Christine Arnutu: "Je n'ai pas encore cherché à le contacter et lui non plus. Nous verrons bien."
Marie-Christine Arnautu n'est pas installée à Nice qu'elle fustige déjà la politique de Christian Estrosi, député-maire UMP. "Le niveau de la fiscalité et des dépenses est indécent.

A Nice, c'est un peu la folie des grandeurs et des projets démesurés. Comme les travaux du tramway alors qu'un système de bus en site propre coûterait beaucoup moins cher. Le financement du grand stade pose aussi question."

Ces derniers mois, deux noms avaient été évoqués pour partir à l'assaut de ce bastion UMP: Gaël Nofri, responsable local du Rassemblement Bleu Marine, d'abord, mais il avait été écarté par la patronne du FN; puis Bruno Gollnisch, député européen, qui avait fini par renoncer de lui-même.
Gaël Nofri n'a pas reçu non plus l'investiture du FN à la Trinité:

 

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus