VIDEO - Maurice Agnelet, 82 ans, condamné pour l’assassinat d’Agnès Le Roux, remis en liberté pour raisons médicales

L’ex-avocat de 82 ans avait été condamné en 2014 par la cour d’assises d’appel d’Ille-et-Vilaine à vingt ans de réclusion criminelle pour l'assassinat d'Agnès Le Roux, l'héritière du Palais de la Méditerranée. Son corps n'a jamais été retrouvé. Les réactions. 

Maurice Agnelet, en 2014 , devant la cour d’assises d’appel d’Ille-et-Vilaine.
Maurice Agnelet, en 2014 , devant la cour d’assises d’appel d’Ille-et-Vilaine. © FTV
Après 43 ans d'un long feuilleton judiciaire, nouveau rebondissement dans l'affaire Le Roux. D'après nos confrères du journal Le Monde, l’ex-avocat Maurice Agnelet ne devrait bientôt plus dormir dans sa cellule de la prison de Caen. Il est âgé de 82 ans. Sa peine devait durer encore 4 ans, jusqu'en 2024. Une information confirmée par Me Katia Gabriel, avocate de Maurice Agnelet qui exerce au barreau de Lyon. Contactée par France 3 Côte d'Azur, elle précise que cette décision est "digne" : 
 

Maurice Agnelet souffre de plusieurs troubles cognitifs qui rendent incompatibles sa vie en détention. C'est un vieux monsieur qui a besoin d’un accompagnement médical. Il est diminué, passif face aux événements, il est effacé. (...) Il n’était pas question de remettre en cause les verdicts de culpabilité prononcés à l’égard de Maurice Agnelet. 

Me Katia Gabriel, avocate de Maurice Agnelet ​​​​​​

Interdiction de paraître en région PACA

Le parquet avait 24h pour faire appel de cette décision. Il ne l’a pas fait. Cette décision est désormais définitive. La situation est réévaluée par un juge d’application des peines tous les 6 mois pour s’assurer que la décision prise est la bonne. Une décision assortie d'une interdiction de paraître en région Provence Alpes Côte d'Azur ainsi qu'à Monaco. Il n’a pas le droit non plus de s’exprimer devant les médias.


"Son seul trophée c’est de ne pas nous dire où est le corps d’Agnès"

 

Jean-Charles Le Roux, frère d’Agnès Le Roux, a appris la décision par un courrier du juge d'application des peines. Il précise que « ce n’est pas la première demande de mise en liberté » de celui qu'il considère comme « un grand simulateur ». Il réagit à ce nouveau rebondissement : 
 

On sait qu’il a 82 ans, on suppose qu’il n’est pas en grande santé. Cela ne change pas grand-chose pour nous. Pour nous, l’affaire s’est arrêtée en avril 2014 au moment de sa condamnation à Rennes. (…) Son seul trophée c’est de ne pas nous dire où est le corps d’Agnès. (...) Je doute qu’il soit un jour touché par la grâce et qu’il ait envie de dire la vérité. Je pense que c’est un jeu pour sa part. 

 Jean-Charles Le Roux, frère de la victime, Agnès Le Roux.

Motif médical

L’ex-avocat avait été condamné en 2014 par la cour d’assises d’appel d’Ille-et-Vilaine à vingt ans de réclusion criminelle pour l’assassinat d’Agnès Le Roux. Il a été admis le 8 septembre au bénéfice de la suspension de peine, pour motif médical, par le tribunal de l’application des peines de Caen. Cette décision serait assortie d'une interdiction de paraître en région Provence Alpes Côte d'Azur ainsi qu'à Monaco. 

Onze ans et neuf mois en détention

Maurice Agnelet était détenu à la prison de Caen. Cette demande avait été débattue lors d’une audience le 30 juin. Maurice Agnelet a passé onze ans et neuf mois en détention dans le cadre de cette affaire. Il était libérable en mai 2024. Il avait été jugé une première fois en 2006 par la cour d’assises des Alpes-Maritimes à Nice, vingt-neuf ans après la disparition de son ex-maîtresse, Agnès Le Roux. 

Rappel de l'affaire avec JEAN-BERNARD VITIELLO ET JEROME SALLIER : 

Guerre des casinos

Maurice Agnelet avait été acquitté. Mais un an plus tard, la cour d’assises d’appel des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence, l’avait déclaré coupable et condamné à vingt ans de réclusion criminelle.
Maurice Agnelet, à l'époque de la disparition d'Agnès Le Roux.
Maurice Agnelet, à l'époque de la disparition d'Agnès Le Roux. © Archives FTV
Maurice Agnelet avait été l'amant d'Agnès Le Roux qui avait mystérieusement disparu à la Toussaint 1977, en pleine guerre des casinos sur la Côte d'Azur. Elle était l'héritière du Palais de la Méditerranée, son corps n’a jamais été retrouvé.
© Archives France 3 Côte d'Azur

Coup de théâtre

Après six ans d’incarcération, il avait été libéré en 2013 à la suite d’une décision de la Cour européenne des droits de l’homme, condamnant la France pour défaut de motivation de l’arrêt de la cour d’assises. Au cours de son troisième procès à Rennes, son fils aîné Guillaume Agnelet, qui l’avait jusque-là toujours soutenu, avait créé un véritable coup de théâtre lors de l'audience.
A gauche, Guillaume Agnelet - Photo d'archives
A gauche, Guillaume Agnelet - Photo d'archives © F3Ca

Il était venu déposer devant la cour sa conviction que son père était bien l’assassin d’Agnès Le Roux et en dévoilant des souvenirs qu’il avait tus pendant trente-cinq ans.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers prison