• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Migrants : une amende de 5.000 euros pour injure publique requise contre Cédric Herrou

D'un côté, Cédric Herrou, symbole de la lutte pour les migrants. De l'autre le Préfet des alpes-Mairtimes qui poursuivait l'agriculteur de la Roya pour injures publiques. / © MORIN Nathalie France 3
D'un côté, Cédric Herrou, symbole de la lutte pour les migrants. De l'autre le Préfet des alpes-Mairtimes qui poursuivait l'agriculteur de la Roya pour injures publiques. / © MORIN Nathalie France 3

L'agriculteur de la vallée de la Roya, pro-migrants Cédric Herrou, comparaissait ce lundi 22 octobre devant le tribunal correctionnel de Nice. Il devait répondre d'injure publique envers le préfet des Alpes-Maritimes pour un post sur Facebook. Une amende de 5.000 euros a été requise.

Par Catherine Lioult

Le plus médiatique des défenseurs des migrants, Cédric Herrou, a une nouvelle fois rendez-vous devant la justice.

Le préfet des Alpes-Maritimes, Georges-François Leclerc présent à l'audience, poursuit Cédric Herrou, devant le tribunal correctionnel de Nice pour injures publiques.

Les nombreuses associations ont apporté leur soutien à l'agriculteur de la vallée de la Roya, dont Médecins du Monde, Attac France, Roya Citoyenne, ou encore, l'Union juive française pour la paix avec un rassemblement devant le tribunal.
 
Le représentant de l'Etat Georges-François Leclerc, entouré de nombreux soutiens dont le préfet de région Pierre Dartout, a fait part par la voix de son avocat  David Rebibou de son "respect pour ceux qui s'interrogent sur la politique migratoire dès lors qu'il n'y a pas d'invectives", indiquant en revanche qu'il "n'admettrait jamais les outrances et la calomnie". 

"Si j'ai déposé plainte c'est pour l'honneur des policiers et des gendarmes et pour la mémoire des victimes de la Shoah car il est des assimilations insupportables", a-t-il écrit dans un courrier lu à l'audience.

À la barre, Cédric Herrou s'est défendu d'avoir voulu "insulter" le préfet mais seulement d'avoir cherché à "alerter" sur cette situation. A l'issue de l'audience, entouré devant le palais de justice d'une centaine de sympathisants, il s'est dit choqué "par la disproportion chaque fois qu'il y a Cédric Herrou". 
 

Un parallèle entre le traitement des migrants et les Juifs sous l'Occupation


Les propos incriminés ont été postés par Cédric Herrou sur sa page Facebook les 12 et 13 juin 2017. L'agriculteur avait incité le représentant de l'État à s'inspirer du "transport des juifs" pendant la guerre pour assurer celui des demandeurs d'asile.  Ces propos avaient été tenus alors que Cédric Herrou cherchait à aider plus de 90 migrants arrivés à Breil-sur-Roya, où il demeure, à rejoindre Nice en train pour y déposer une demande d'asile.
Le maire de Nice et patron de la Métropole, Christian Estrosi, a apporté son soutien au représentant de l'Etat.
 

Cédric Herrou, symbole de l'aide aux migrants


Agé de 38 ans, installé dans la vallée franco-italienne de la Roya depuis 2002, Cédric Herrou symbolise le combat de ceux qui aident les migrants.
En juillet dernier, le Conseil constitutionnel leur a donné raison en consacrant "le principe de fraternité" dont découle "la liberté d'aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national". Le code des étrangers a été donc été révisé en septembre.

 

Une dixième arrestation


Dimanche dernier, Cédric Herrou a été arrêté pour la dixième fois depuis 2016 à la gare SNCF de Nice.
 

Visiblement le parquet n'était pas informé que la cour d'appel d'Aix-en-Provence lui avait à nouveau accordé le droit de prendre le train et la fiche police n'était pas à jour



explique son avocat Zia Oloumi, qui le défendra aux côtés de l'avocate parisienne  Sabrina Goldman, souvent aux côtés de la Licra.
 
   

A lire aussi

Sur le même sujet

Franck Roturier (06)

Les + Lus