Nice : après 89 ans d'activité, la Librairie niçoise va définitivement fermer ses portes

La Librairie niçoise, au 2 rue Defly à Nice, va définitivement fermer ses portes le 31 août prochain. Après plusieurs années de difficulté financière, le confinement a provoqué une situation insurmontable pour son responsable, Thierry Desouche, qui va passer au commerce en ligne.

Thierry Desouche a repris la Librairie niçoise en 2004.
Thierry Desouche a repris la Librairie niçoise en 2004. © Manon Hamiot / FTV
La Librairie niçoise n'aura pas survécu au Covid-19. Après 89 ans de bons et loyaux services, cette librairie de livres rares et anciens située au 2 rue Defly à Nice va fermer ses portes à la fin du mois d'août.

Une vitrine bien connue des Niçois :Thierry Desouche, 55 ans, a repris les rênes de la Librairie niçoise en 2004. C'est avec le coeur lourd qu'il doit à présent mettre la clé sous la porte. "Mon activité telle que je la pratiquais en magasin n'est plus rentable", décrypte-t-il.
 

Cela faisait plusieurs années que j'étais en grande difficulté financière. Les trois mois de confinement m'obligent à arrêter, ça n'est plus viable. J'ai une famille à faire vivre.

Thierry Desouche, gérant de la Librairie niçoise

Passage à la vente en ligne

Pour continuer à vivre de sa passion, il va poursuivre son commerce en ligne, sur des sites spécialisés comme Livre-rare-book ou eBay. Heureux de continuer "le même métier avec la même passion", Thierry regrette de ne plus pouvoir rencontrer les acheteurs de livres.

"J'ai bien peur que ça me manque beaucoup", dit-il ému.
La librairie se situe au 2 rue Defly.
La librairie se situe au 2 rue Defly. © Manon Hamiot / FTV

La rencontre entre un libraire et un passionné est quelque chose qui ne s'oublie pas. D'ailleurs, c'est comme ça qu'est née sa passion des livres. "J'ai acheté mon premier livre à 17 ans, rue Saint-André des Arts, dans le VIe arrondissement de Paris, se souvient-il. C'est Michel, un libraire en fin de carrière qui portait une blouse grise, qui m'a expliqué ce qu'était qu'un beau livre."
"Mon activité telle que je la pratiquais en magasin n'est plus rentable", pour  Thierry Desouche
"Mon activité telle que je la pratiquais en magasin n'est plus rentable", pour Thierry Desouche © Manon Hamiot FTV

Tout est à vendre


Le libraire doit quitter les lieux d'ici le 31 août. Il espère d'ici là avoir déstocké une bonne partie de ses 15 000 livres car il ne pourra pas tout conserver pour la vente en ligne. Il vend également les meubles de la librairie et tourne la page.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture livres littérature déconfinement société coronavirus/covid-19 santé