Nice : cette œuvre de street art en hommage à une victime de l'attentat fait débat

Le comité de quartier a demandé l'enlèvement de la fresque, jugée trop sombre, représentant la jeune Amie, décédée lors de l'attentat du 14 juillet. / © Maxppp
Le comité de quartier a demandé l'enlèvement de la fresque, jugée trop sombre, représentant la jeune Amie, décédée lors de l'attentat du 14 juillet. / © Maxppp

Installée sous un pont du quartier Fabron à Nice, une oeuvre de street art représentant le visage d'Amie, une fille de 12 ans victime de l'attentat du 14 juillet 2016. Passants et riverains apprécient diversement cet hommage sous forme d'art de rue.

Par Laurent Verdi

Son visage, en noir et blanc regarde vers la droite. Au-dessus, trois mouettes semblent s'envoler vers le soleil dont la lumière inonde la jeune fille.

Amie avait 12 ans, elle a perdu la vie le soir du 14 juillet 2016 et aujourd'hui elle demeure à Nice grâce à ce portrait réalisé par l'artiste Nicola Schmid. 

"Une œuvre street art ne m'appartient plus, elle appartient à tout le monde" explique-t-elle à nos confrères de France Bleu Azur. La fresque a été réalisée en accord avec les parents de la victime et le lieu a été donné par la ville de Nice.
 

Art de rue


"On n’est pas contre, on se demande si c'est le bon endroit", regrette un riverain qui dit avoir interpellé plusieurs personnes qui urinaient sur cette œuvre, placée sous un pont. 

Elle est intitulée "déclaration d'amour à la vie et à la liberté" par l'artiste, avec une jeune fille vue un peu comme la Joconde par Nicola Schmid qui a bien conscience que le pont de Fabron n'est pas le Louvre. Elle s'est d'abord exprimée dans les colonnes de Nice Matin.
 

Sur le même sujet

Les maladies rares en chiffres

Les + Lus