Nice : le CHU dans le collimateur de la chambre régionale des comptes

Les surcoûts de la construction de l'hôpital Pasteur 2 ont grevé les finances du CHU de Nice. / © Cyril Dodergny / MAX PPP
Les surcoûts de la construction de l'hôpital Pasteur 2 ont grevé les finances du CHU de Nice. / © Cyril Dodergny / MAX PPP

C'est le seizième centre hospitalier universitaire de France sur 32, et le deuxième de la région. Dans son rapport, la chambre régionale des comptes met en avant une situation financière " très dégradée ".

Par Catherine Lioult

La chambre régionale des comptes a examiné les finances du CHU de Nice depuis 2012. Et les résultats sont sans appel. Dans un rapport de 84 pages, elle détaille les causes d'un endettement de 400 millions d'euros ( fin 2017) et avance des explications, chiffres à l'appui.
 

Une situation financière très dégradée par l’opération Pasteur 2


L'hôpital Pasteur 2  ouvre ses portes en mai 2015 après sept ans de travaux. Le nouvel établissement remplace des bâtiments pavillonnaires mal adaptés. Il s'agit d'une première tranche de travaux. Mais les coûts de construction, 195 millions au départ, grimpent à 480 millions. 

Conjuguée à des recrutements massifs, cette opération a largement contribué à la dégradation de la situation financière du CHU aujourd’hui fortement déficitaire et lourdement endetté. La durée des travaux et les choix opérés ont par ailleurs conduit à mettre en fonctionnement un bâtiment surdimensionné par rapport aux besoins et intégrant très insuffisamment les nouvelles modalités de prises en charge, notamment ambulatoires


détaille le rapport.
 


Un contrat de retour à l’équilibre financier et une démarche inaboutie


Pour réduire ce déficit, un contrat de retour à l’équilibre financier (CREF) de 40 millions d'euros a été programmé avec l’agence régionale de santé (ARS), avec l'engagement de fermer 200 lits et de supprimer les postes correspondants d’ici 2021.

Pour atteindre cet objectif, l’établissement a mis en avant le rôle des pôles d’activité et revu sa gouvernance interne pour susciter leur dynamique et accompagner leurs projets. La démarche demeure cependant inaboutie.


conclut la chambre régionale des comptes.
 

Une deuxième tranche de travaux et un effort structurel nécessaire selon le rapport


Les travaux d'extension de l'hôpital Pasteur 2 à Nice ont pris du retard avec l'apparition de fissures sur un pavillon qui jouxte le chantier.  La direction du CHU a bien établi un nouveau projet d’établissement 2018-2022  ( plus de 310 millions d'euros, dont 200 qui ne sont pour l’heure pas financés ). Ce projet de transformation de l’établissement s'appelle  ELAN 2025, et il vise le enforcement de la qualité du service rendu et la performance du CHU. La chambre insiste sur le fait que la mise en œuvre du projet d’établissement ne peut en aucun cas s’affranchir d’un effort structurel accru pour assainir la situation financière du CHU.


Les réactions

La direction du CHU a pris connaissance de rapport et s'en tient à un communiqué.
Elle prend acte des trois recommandations de la chambre régionale des comptes :
►Accroître le taux d’occupation des unités ambulatoires.
► Réviser l’accord sur le temps de travail conformément à la réglementation, et en tenant compte des marges d’efficience dans l’organisation des cycles de travail du personnel non médical, non soignant, en journée continue.
► Signer des contrats de pôles sur une durée de quatre années, conformément à la réglementation.

Le syndicat CGT de son côté ne s'étonne pas de ce rapport, mais n'est pas forcément d'accord avec toutes les préconisations.
 

Le CHU en chiffres

Fin 2017, le centre hospitalier universitaire de Nice comptait 1 668 lits et 204 places, répartis sur huit principaux sites : Pasteur, Archet, Cimiez (gériatrie), Hôpitaux pédiatriques Nice CHU-Lenval (HPNCL), Saint-Roch (odontologie, centre de lutte contre le cancer), l’institut Claude Pompidou, l’institut de la face et du cou et le site de Tende (soins de suite et réadaptation). La plus grande partie de la capacité d’accueil (68 %) est consacrée aux disciplines de médecine, chirurgie, gynécologie – obstétrique et urgences. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus