Nice : décès de l'ancienne adjointe et députée niçoise Muriel Marland-Militello

L'ancienne adjointe au maire de Nice et ancienne députée, Muriel Marland-Militello est décédée à l'âge de 77 ans. Premières réactions.

 

Muriel Marland-Militello, députée de la 2nde circonscription des Alpes-Maritimes entre 2002 et 2012, est décédée à l'âge de 77 ans.
Muriel Marland-Militello, députée de la 2nde circonscription des Alpes-Maritimes entre 2002 et 2012, est décédée à l'âge de 77 ans. © Christophe Petit Tesson/MAXPPP

Muriel Marland-Militello, députée de la 2nde circonscription des Alpes-Maritimes entre 2002 et 2012, est décédée à l'âge de 77 ans.

Née le 30 juillet 1943 à Nice,  Muriel Marland- Militello a marqué la vie publique locale.

Muriel Marland-Militello, candidate aux législatives pour l'Union pour la Majorité présidentielle (UMP) dans la 2e circonscription des Alpes-Maritimes, et épouse de l'ancien préfet des Alpes-Maritimes et du Bas-Rhin, Philippe Marland, s'entretient avec un commerçant le 24 mai 2002 sur le marché de Nice dans le cadre de sa campagne
Muriel Marland-Militello, candidate aux législatives pour l'Union pour la Majorité présidentielle (UMP) dans la 2e circonscription des Alpes-Maritimes, et épouse de l'ancien préfet des Alpes-Maritimes et du Bas-Rhin, Philippe Marland, s'entretient avec un commerçant le 24 mai 2002 sur le marché de Nice dans le cadre de sa campagne © JACQUES MUNCH / AFP

C'est le maire de Nice qui en a fait l'annonce ce jeudi matin :

"C’est un vrai chagrin. Muriel est de ces femmes qui ont marqué l’histoire politique de Nice et de notre département, en pionnière, par son caractère, sa jovialité et aussi sa détermination à faire avancer les dossiers qui lui tiennent à cœur", a réagi ce jeudi matin, Christian Estrosi, via un communiqué. 

Députée, membre de l'Union pour un mouvement populaire, de la 2e circonscription des Alpes-Martitimes de 2002 à 2007, Madame Muriel Marland-Militello a également été élue sur la liste de Christian Estrosi aux élections municipales de 2008 à Nice où elle est adjointe au maire, chargée de la politique culturelle de la ville.

Issue d'une vieille famille niçoise, Muriel Marland-Militello a non seulement marqué la vie politique niçoise et nationale mais également la vie associative. Elle étatit membre du Groupe d'étude sur la tauromachie de l'assemblée nationale depuis 2007. Elle avait déposé des propositions de loi sur la protection animale

Membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, elle fut également Membre suppléante de la délégation française à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe de 2007 à 2011.

Les réactions :

"Une pensée émue et attristée pour Muriel Marlan Militello qui vient de nous quitter. Femme de grande culture, femme engagée au service de son pays, une Niçoise amoureuse de sa ville, c’était aussi une amie avec qui nous avons partagé nos valeurs humanistes," Rudy Salles.

L'ancien ministre de la culture, Jean-Jacques Aillagon parle lui aussi de son engagement "sans faille pour la culture" :

Pour Charles Ange Ginésy, président du département : "Les Alpes-Maritimes perdent aujourd’hui une femme de conviction, pleinement engagée, notamment dans la défense de la culture et des animaux. (...) Enthousiaste et passionnée, fidèle à ses convictions, elle mettait toute son énergie pour défendre des dossiers qui lui étaient chers. Membre de la Commission des Affaires Culturelles et de l’Éducation lors de ses deux mandats de députée, elle avait notamment réalisé le rapport sur l’éducation artistique en milieu scolaire qui constituait l’une de ses plus grandes fiertés."

Le président de la région Provence Alpes Côte d'Azur, Renaud Muselier a lui employé ces mots : "La disparition de Muriel Marland-Militello m’inspire une immense tristesse ! Grande dame, dévouée pour sa ville de Nice et pour le monde de la culture, nous avons partagé dix années ensemble à l’Assemblée Nationale."

Cette figure du paysage politique azuréen était  diplômée en langues orientales et titulaire d'un diplôme d'études supérieures en science politique de l'université Paris II.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique décès culture hommage société