A Nice, parcs et pelouses profitent de la mise au vert pour se refaire une santé

Un petit air de vacances. Sans y être vraiment. Pour les pelouses, comme pour nous autres, le calme a des vertus insoupçonnées : pelouses et végétaux profitent, se régénèrent à l'abri des bottes et des crampons. Cette fois, l'herbe n'est pas plus verte ailleurs, mais juste sous nos yeux.

La promenade du Paillon, en passe de devenir véritablement une coulée verte ? Protégée derrière les grilles, la nature reprend ses droits...
La promenade du Paillon, en passe de devenir véritablement une coulée verte ? Protégée derrière les grilles, la nature reprend ses droits... © Daniel Gerner / FTV
Un stade confiné, ça sonne étrangement creux. Vidé de tous ses habitants habituels. Les footballeurs, qui eux ne sont jamais là bien longtemps, quelques heures par semaine, mais aussi toutes les petites mains, les travailleurs, qui grouillent et s'activent entre deux rencontres. Plus personne. On s'attendrait à entendre chanter les oiseaux.

Mais il ne faut pas pousser non plus. Ce que l'on entend bien, pour le coup, c'est le ronronnement des tondeuses, qui n'ont jamais vraiment cessé leur ballet. Les deux jardiniers (ou Groundkeeper, pour désigner leur spécialité un peu particulière) sont toujours à pied d'oeuvre, certainement pas en télétravail.
 
Une image du passé : la pelouse du stade de l'Allianz Riviera à Nice est morte. Vive la nouvelle pelouse.
Une image du passé : la pelouse du stade de l'Allianz Riviera à Nice est morte. Vive la nouvelle pelouse. © Daniel Gerner / FTV
"Pour nous le travail reste le même, on continue nos opérations habituelles," nous explique Jérémy Guyot, responsable de la pelouse de l'Allianz Riviera. "Tonte, aération à pointe, scarification, irrigation... C'est juste qu'on a beaucoup moins la pression. On peut se concentrer sur la pelouse. On n'a pas d'échéances de match, donc on fait ce qui est bien pour la pelouse en temps et en heure."
Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas match, qu'il n'y a pas d'entretien.
Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas match, qu'il n'y a pas d'entretien. © Daniel Gerner / FTV
Ceux-qui s'attendaient à voir une petite jachère à l'endroit où gambadent habituellement 22 sportifs à la poursuite d'un rond de cuir seront déçus.
"On la laisse un peu filer mais pas tant que ça : on tond à 30 mm au lieu des 25 mm réglementaires," confesse Jérémy. Mais pourquoi donc ne pas la laisser tranquille, cette pauvre pelouse ? "C'est un tapis hybride, un mélange de synthétique et de végétal. Si on laisse l'herbe pousser trop haut, la matière organique morte s'accumule. Et il faudrait rapidement changer tout le tapis."
Il n'empêche : l'absence de matchs et de crampons fait du bien. "On essaye de faire respirer le terrain le plus possible en ce moment," explique Benoit Riccobene, responsable de la maintenance de Nice Eco Stadium.

"La matière organique qui s'accumule forme une espèce de feutre, comme une algue. C'est cela qu'il faut gratter régulièrement."

Bichonnée mais pour autant pas complètement régénérée : pour les gros travaux, renouvellement complet de la pelouse, il faut compter cinq semaines au bas mot. Or, impossible de prévoir à l'avance que le confinement durerait aussi longtemps. La date de la reprise de la compétition n'est pas encore arrêtée.
En attendant, la pelouse se prépare pépère au redémarrage.
Touffue à souhait : on aurait envie de la fouler pieds nus. Mais marcher sur la pelouse de l'Allianz Riviera est strictement interdit ! Il faut d'abord décontaminer ses semelles...
Touffue à souhait : on aurait envie de la fouler pieds nus. Mais marcher sur la pelouse de l'Allianz Riviera est strictement interdit ! Il faut d'abord décontaminer ses semelles... © Daniel Gerner / FTV
Ça c'est pour la pelouse professionnelle. La pelouse amateur, celle des 175 parcs et jardins publics de la ville, s'épanouit sans frein ni loi. "Un bel exemple de la résilience de la nature," s'extasie Romain Betti, le directeur des espaces verts à la Métropole Nice Côte d'Azur.

"On a réappris à guetter le cri des oiseaux en ville ! On voit des gazons à 15, 20 ou 30 cm de hauteur et qui fleurissent ! C'est bucolique ! D'habitude on les coupe bien avant qu'ils fleurissent."

La petite Métropole dans la prairie


Résultat :  la promenade du Paillon n'a jamais aussi bien porté son surnom de "coulée verte", là où habituellement on pourrait plutôt évoquer une "coulée noire de monde". Et ses petites soeurs et petits frères, jardins publics et parcs, se portent à merveille.
 
On voit fleurir des essences habituellement écartées par les jardiniers au titre de "mauvaise herbe", l'herbe de son côté pousse à hauteur de cheville. La nature, dès qu'on la laisse un peu faire librement, prend ses aises.
Cachez ces fleurs que l'on ne saurait voir !
Cachez ces fleurs que l'on ne saurait voir ! © Daniel Gerner / FTV
La plupart du personnel des espaces verts (270 personnes en tout) a été réaffectée, au service d'enlèvement ou aux différentes opérations exceptionnelles, comme par exemple la distribution des masques à partir de ce mardi.

De toute façon, l'usage de certains outils comme les souffleurs n'est pas recommandé pour le moment, pour éviter la dispersion de poussières et de virus. Moins d'interventions humaines, retour à des outils traditionnels, moins de piétinements.
La coulée verte vraiment verte : la promenade du Paillon en version broussaille ne manque pas de charme.
La coulée verte vraiment verte : la promenade du Paillon en version broussaille ne manque pas de charme. © Daniel Gerner / FTV
Les seules opérations maintenues sont incontournables : poursuite des traitements (biologiques) du charançon, entretien d'urgence et abattage d'arbres menaçants. Tant pis si tout n'est pas au cordeau ou qu'il reste quelques feuilles au sol.
"Finalement c'est une belle expérience en temps réel, qui se situe un peu dans la continuité de ce que nous avons entrepris depuis 2016, la gestion écologique des espaces verts," reprend Romain Betti. "Une expérience sur laquelle nous pourrions nous appuyer pour poursuivre dans la voie des techniques alternatives." Comme par exemple ménager des pauses d'exploitation importante pour les parcs et jardins, une sorte de rotation des cultures.
La promenade des Anglais bientôt envahie par les herbes folles ? Une vision rafraîchissante.
La promenade des Anglais bientôt envahie par les herbes folles ? Une vision rafraîchissante. © Daniel Gerner / FTV

Il n'empêche : le directeur sait déjà que, dès la fin de la récréation sifflée, les 323 hectares d'espaces verts seront pris d'assaut. "C'est normal, les gens sont sevrés. Ils auront envie de se retrouver dehors. Tout ne sera pas nickel au moment du déconfinement mais il faut qu'on se prépare à une forte affluence."
Protégées derrière les grilles les plantes nous le démontrent : être confiné peut avoir du bon !
Protégées derrière les grilles les plantes nous le démontrent : être confiné peut avoir du bon ! © Daniel Gerner / FTV
Pour l'instant en tout cas les grilles des parcs et jardins publics restent fermées, au moins jusqu'au 11 mai. Si on leur demandait leur avis, pas sûr qu'elles voudraient que ça change...
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ogc nice football sport jardins nature environnement coronavirus - confinement : envie d'évasion santé société