Philippe Vardon (RN), premier candidat déclaré aux municipales de 2020 : “Je veux que Nice redevienne Nice”

Philippe Vardon (Rassemblement national) se déclare candidat à la mairie de Nice, mardi 18 juin 2019, près d'un an avant le scrutin qui se déroulera en deux tours au printemps 2020.
Philippe Vardon (Rassemblement national) se déclare candidat à la mairie de Nice, mardi 18 juin 2019, près d'un an avant le scrutin qui se déroulera en deux tours au printemps 2020.

C'était un secret de Polichinelle. L'annonce de la candidature aux élections municipales de Philippe Vardon n'est pas une surprise. Elle est précoce. L'élu Rassemblement national est le premier à se déclarer dans cette course au fauteuil de maire, où, habituellement, la distance est un handicap.

Par Laurence Collet

Printemps 2020. Les élections municipales, c'est dans un an et demi mais Philippe Vardon n'a pas peur des campagnes marathon. "Il faut s'occuper de cette ville qui va bien mal", explique l'élu à la ville de Nice, "C'est pour cela que je suis candidat".
Porté par le score flatteur des dernières élections européennes dans les Alpes-Maritimes, l'ancien identitaire, élu sur la liste de Marie-Christine Arnautu en 2014 (le FN avait alors fait 16% aux élections), connaît désormais bien la vie municipale de l'intérieur.

je veux que Nice redevienne Nice

Le candidat RN aux municipales de 2020 porte un jugement sévère et a, dans sa ligne de mire, Christian Estrosi (Les Républicains) dont il critique vertement le bilan. Mais pas seulement.
"Tout le monde connaît mon attachement à cette Ville. Cela fait une décennie que je la défend. Ca serait bien que, dans la vie politique niçoise, il y ait un peu de clarté. Même Eric Ciotti, qu'on nous présente comme l'aile droite des LR, s'est un temps rapproché de Xavier Bertrand, plutôt centriste."
"Christian Estrosi se voit comme un citoyen du monde, moi je reste un Niçois enraciné".
Philippe Vardon (RN) explique pourquoi il veut être le prochain maire de Nice
Le candidat aux prochaines municipales répond aux questions d'Henri Migout

Var et Alpes-Maritimes : 16 villes dans le viseur du Rassemblement national

Marine Le Pen a concentré ses efforts sur une centaine de villes françaises, essentiellement dans le nord de la France et en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, où les scores du Rassemblement national sont confortables.
Dans le Var, il s'agit de Toulon, la Seyne-sur-Mer, Cuers et Brignoles. Vidauban, Draguignan, Roquebrune-sur-Argens et Puget-sur-Argens. Il va de soi que le RN voudrait également rester en place au Luc et à Fréjus.
Dans les Alpes-Maritimes, tout reste à faire pour le parti de Marine Le Pen. Les communes dans le viseur du RN sont : Vallauris, Saint-Laurent-du-Var, Carros, Saint-André-de-la-Roche, la Trinité et Nice.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus