PHOTOS. Trois Azuréens en expédition arctique atteignent la calotte glaciaire du Spitzberg

Flavien, Thomas et Vincent accomplissent un périple de 255 km sans assistance, à 900 km du pôle Nord. Le point en images au 22e jour du voyage.

Des étendues de neige à perte de vue, de la glace, des roches, le froid et le silence lors de la réalisation d'un rêve...

Partis le 5 avril de Nice, Flavien Hillat, Thomas Jarrey et Vincent Lavrov sont depuis 22 jours déjà à Spitzberg, la plus grande des îles de l’archipel du Svalbard, située sur les eaux arctiques entre le Cap Nord de la Norvège et le pôle Nord. Sur un peu plus de 39.000 km2 de terres gelées, 22.000 sont occupées par des glaciers.

Les trois Azuréens traversent l'île à ski sans assistance, en tirant leurs affaires sur des traîneaux.

 Agés de 27 à 31 ans, ces aventuriers sont auteurs de documentaires qu'ils diffusent sur Youtube avec leur association Jusqu'au bout de nos rêves. Sur Instagram, ils annoncent la couleur, ils sont off line pour 45 jours, le retour est prévu le 15 mai prochain.

Mais ils parviennent à donner des nouvelles par satellite et à envoyer des photos. Premier constat : un froid compliqué à gérer. "Il fait entre -5 et -25 degrés avec un ressenti souvent bien plus bas, les doigts blanchissent très vite, et la moindre blessure met beaucoup de temps à cicatriser, des tours de garde sont organisés la nuit pour écarter les ours qui s'aventureraient près du campement" explique Vincent Lavrov sur notre messagerie, il ne cache pas que c'est éprouvant.

L'enthousiasme malgré les contretemps

Nous avons atteint un point clé de notre expédition, la calotte glaciaire du Spitzberg. Nous avons eu une quantité de casse, d'imprévus et de barrières administratives absolument inattendue ! Mais nous étions prêts ! Nous avons solutionné chaque incident les uns après les autres et nous sommes toujours en jeu dans notre quête de sommets.

Vincent Lavrov

Un monde en 2 D

Les trois aventuriers se sont entraînés tout l'hiver dans les montagnes du Mercantour. Mais ils sont bien loin de la Côte d'Azur ! Les journées sont courtes et ne durent que quelques heures, les ours polaires ne sont jamais très loin.

Et Vincent poursuit : "Dans le blanc pur les dimensions volent en éclat, faute de repères auxquels se référer ! C'est un monde en 2D ! ... Dans 4 jours nous atteindrons notre 1er camp de base, impatients de skier le Newtontoppen, plus haut sommet du Svalbard... Pour que tout le reste, les choses les plus simples, deviennent pur plaisir et plénitude !" 

A la clé, les effets du réchauffement

Pendant leur périple, nos aventuriers observent et filment la nature.

A leur retour en France, ils travailleront avec une glaciologue pour confronter son œil expert à l'évolution climatique de ce territoire. 

Pour l'heure, l'aventure n'est pas terminée, et Vincent a le sourire.

"On cherche les plus belles émotions que la vie peut offrir et veut montrer que l'on peut décrocher un rêve. C'est une aventure pour inspirer les autres" avait déclaré Thomas Jarrey avant le départ.