Cet article date de plus de 3 ans

Aide aux migrants : trois mois de sursis requis en appel contre Pierre-Alain Mannoni

Pierre-Alain Mannoni, enseignant-chercheur à la faculté de Nice Sophia Antipolis, avait été interpellé en octobre à la Turbie avec dans sa voiture trois Erythréennes dont une mineure. 3 mois de prison avec sursis ont été requis par l'avocat général de la cour d'appel d'Aix-en-Provence contre lui.
Pierre-Alain Mannoni, le 6 janvier 2017 à  la sortie du tribunal correctionnel de Nice, après sa relaxe
Pierre-Alain Mannoni, le 6 janvier 2017 à la sortie du tribunal correctionnel de Nice, après sa relaxe © MAX PPP
Comme pour Cédric Herrou, agriculteur militant de la vallée de la Roya qui a comparu devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence, Pierre-Alain Mannoni s'est rendu à la convocation de la justice, mais il n'était pas seul.

Reportage à Aix ce lundi :

durée de la vidéo: 01 min 56
Pierre-Alain Mannoni jugé en appel à Aix pour aide aux migrants
Trois mois de prison avec sursis ont été requis par l'avocat général de la cour d'appel d'Aix-en-Provence contre Pierre-Alain Mannoni, un enseignant-chercheur poursuivi pour avoir aidé et transporté trois jeunes migrantes près de la frontière franco-italienne et relaxé en première instance.


"C'est un citoyen ordinaire qui ne respecte pas le texte de loi en le connaissant très bien du fait de ses activités militantes", a estimé l'avocat général dans son réquisitoire, craignant également un "risque de réitération très important".


Pierre-Alain Mannoni, 45 ans, est à la fois  chercheur et enseignant à Sophia-Antipolis, dans les Alpes-Maritimes. Il doit répondre devant la justice d'aide aux migrants. En effet, le 18 octobre 2016, il avait cherché à convoyer trois Erythréennes dans son véhicule  jusqu'à son domicile de Nice. Elles séjournaient dans un centre de vacances SNCF occupé illégalement par des militants associatifs. Pierre-Alain Mannoni avait été interpellé sur l'autoroute, au péage de  La Turbie.

UN PREMIER PROCES LE 23 NOVEMBRE


Pierre-Alain Mannoni a comparu devant le tribunal correctionnel de Nice le 23 novembre 2016 pour aide  au séjour et aide à la circulation d'immigrés clandestins. Il encourrait jusqu'à 5 ans de réclusion et 30.000 euros d'amende mais il a été relaxé contre l'avis du procureur, qui avait requis 6 mois de prison avec sursis. Le parquet avait fait appel.



Le procès en appel est attendu en fin d'après-midi. Les réquisitions du procureur général sont attendues dans la soirée, comme les plaidoiries  des avocat de Pierre-Alain Mannoni.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration