• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Le propriétaire de Valeurs Actuelles se positionne pour la reprise de Nice-Matin

Iskandar Safa, propriétaire de Valeurs Actuelles, confirme son intérêt pour une reprise de Nice-Matin. / © Valery Hache / MAX PPP
Iskandar Safa, propriétaire de Valeurs Actuelles, confirme son intérêt pour une reprise de Nice-Matin. / © Valery Hache / MAX PPP

Le holding du magnat franco-libanais des chantiers navals civils et militaires Iskandar Safa, propriétaire de Valeurs Actuelles, a confirmé son intérêt pour une reprise de Nice-Matin. La direction a obtenu du tribunal de commerce de Nice l'ouverture d'une procédure de sauvegarde ce mercredi 6 mars.

Par Catherine Lioult

Quel avenir pour le seul quotidien de la Côte d'Azur, Nice-Matin ?

La question est d'actualité, depuis que le groupe belge Nethys, actionnaire à hauteur de 34 % depuis 2016 et qui devait devenir l'actionnaire majoritaire du quotidien régional a décidé de jeter l'éponge. Les 66% restants du capital appartiennent aux 456 salariés actionnaires de la Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC). La direction sollicitait le tribunal de commerce pour ouvrir une procédure de sauvegarde qu'elle a donc obtenu ce mercredi 6 mars. 

Il apparaît que le Franco-Libanais Iskandar Safa, propriétaire de Valeurs Actuelles, s'est clairement positionné pour la reprise du journal.  Selon Alexandre Sare, secrétaire du comité d'entreprise, présent au tribunal, il propose 
 

la reprise de tous les salariés, la modernisation de l'imprimerie, la diversification dans l'événementiel, l'amélioration de l'édition numérique, à côté de l'édition papier. Il vient pour la presse, la marque et pour faire un projet. 

 

Une holding dans les chantiers navals


Iskandar Safa contrôle des chantiers navals à Cherbourg (CNM), en Grèce, à Abou Dhabi et au nord de Hambourg en Allemagne (GNYK pour les grands navires militaires et Nobiskrug d'où est sorti en 2017 le plus grand yacht voilier du monde). Il compte six grandes marines nationales comme clients. Premier citoyen d'honneur de Mandelieu-La Napoule, il y possède l'ancien domaine Paul Ricard sur 1.350 hectares.

L'actionnaire belge Nethys conteste la procédure

Pour le groupe belge la procédure de sauvegarde est réservée aux entreprises qui rencontrent des difficultés, mais ne sont pas en cessation de paiements. Elle permet la poursuite de l'activité, le maintien de l'emploi et l'apurement du passif, grâce à une réorganisation.

    Nous allons faire un recours, a réagi l'avocat de Nethys, Me Antoine Chatain.

L'actionnaire précise dans un communiqué qu'il "s'étonne particulièrement du caractère lapidaire de ce jugement" et "entend poursuivre ses engagements, à mesure des investissements conséquents qu'il a réalisés jusqu'alors au soutien du Groupe Nice Matin". 

La décision du tribunal est de nature à permettre une reprise du quotidien régional que M. Safa voulait déjà reprendre en 2014 avec les groupes Rossel et Marzocco. Le tribunal ne peut pas se prononcer en faveur d'une offre sans l'accord de tous les actionnaires dont Nethys.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Chantal Marchand, directrice départementale des finances des Alpes-Maritimes

Les + Lus