Cet article date de plus de 7 ans

SEMIACS: aucune sanction supplémentaire décidée par le conseil d'administration

Le directeur de la SEMIACS, chargée de gérer les parkings publics et les stationnements payants à Nice, a été renvoyé en correctionnelle pour harcèlement et agression sexuelle. Ce matin, un conseil d'administration exceptionnel s’est tenu à Nice. La mise à pied du directeur a été refusée.

Le premier syndicat de l'entreprise, la CGT, a pris la défense du directeur général et accuse deus des trois plaignantes de régler leurs comptes. Des accusations qu'elles nient. Le délégué syndical, lui, a été promu cadre. Peu à peu, des employés sortent du silence. La saisie de l'inspection du travail et la mise à pied du directeur ont été refusées.
Notre reportage:

Intervenants:

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice