Le maire de Nice laisse planer la menace d'un confinement économique le week-end si le taux d'incidence ne baisse pas

Face l'arrivée de la vague 2 de l'épidémie de Covid-19, le maire de Nice lors d'une conférence de presse en a appelé à la responsabilité de chacun et se dit près à prendre dès la semaine prochaine des mesures coercitives pour faire baisser les chiffres.
Le maire de Nice a établi la situation sanitaire à Nice et n'hésitera pas a prendre des mesures drastiques si les chiffres ne redescendent pas.
Le maire de Nice a établi la situation sanitaire à Nice et n'hésitera pas a prendre des mesures drastiques si les chiffres ne redescendent pas. © Captation conférence de presse de Christian Estrosi
Le ton est solennel. Pour le maire de Nice Christian Estrosi a décidé de ne pas mâcher ses mots.

La courbe du virus fait craindre une vague 2 plus inquiétante que la vague 1. Ce qui prime, au delà de l'économique, c'est la santé de mes concitoyens, je ne transigerai pas lors de cette vague 2.

Christian Estrosi, maire de Nice

Et il attend encore un peu de voir les effets d'un couvre-feu, qui interdit, sauf exceptions, aux habitants des Alpes-Maritimes de sortir le soir entre 21 heures et 6 heures du matin.

La menace d'un confinement économique

La conférence de presse de C.Estrosi dans son intégralité :
Aujourd'hui à Nice, 16 personnes sont en réanimation, 19 hospitalisées en infectiologie.
Le seuil de circulation du virus de s'élève à 150 pour 100.000 habitants et c'est trop, explique Christian Estrosi.
 
 

Si dans huit jours, nous ne repassons pas en dessous des 150 pour 100.000 habitants, je serai amené à prendre de nouvelles mesures restrictives très fermes : je mettrai en œuvre un confinement économique la semaine, et total pour le week-end.

Christian Estrosi, maire de Nice


Je demanderai si nécessaire au préfet de fermer les commerces non indispensables, nous déciderons de fermer les établissements sportifs et culturels de Nice, nous regarderons comment faire pour les marchés alimentaires, et nous ouvrirons des places d'hôtels pour isoler les cas Covid, conclut-il.

Eviter du monde dans les rues et les transports

Christian Estrosi précise que 50 % du personnel de la ville et de la Métropole rebascule immédiatement en télétravail comme pendant le confinement et il invite les administrations, l'Etat, les grandes entreprises, la chambre de commerce et d'industrie à faire de même.
Le maire de Nice envisage par ailleurs de demander la fermeture de l'université avec des cours exclusivement en ligne, et non pas en présenciel comme actuellement.

Une campagne d'affichage pour les plus vulnérables

Christian Estrosi en appelle à la solidarité. Il va relancer la campagne d'affichage pour les séniors isolés.
 

On sent que l'épidémie progresse, les services d'urgence commencent à être saturés ce qui veut dire que le dépistage, la prise en charge de traitements de longue durée sont forcément affectés 

Christian Estrosi, maire de Nice

Pour lui, si les chiffres flambent, il faudra nécessairement aller vers une forme de confinement, conclut-il, en espérant faire une communication plus agréable.... pour Noël !

Les réactions

► Philippe Einaudi, patron de l'UPE 06, joint ce jour, ne décolère pas.

Le gouvernement lance un Plan de relance exceptionnel de 100 milliards d’euros, ce n'est pas pour le planter deux mois après c'est incroyable. S'il y a des gens fragiles, ce sont eux qu'il faut confiner et laisser travailler ceux qui le peuvent. Avec un confinement partiel et l'arrêt envisagé de toute activité dès 19 heures, ça veut dire qu'il n'y a plus rien à une heure où les gens font leurs courses.

Le patron des patrons estime qu'il fallait régler le problème pendant les vacances d'été :

On a laissé vivre les Français n'importe comment et c'est parti à vau-l'eau. Il a des chefs d'entreprise qui ont touché 1 500 euros en tout et pour tout, ils ont des loyers, ils sont engagés auprès des banques, ils sont à deux doigts du suicide. 

► Xavier Garcia est le 1er secrétaire du PS dans les Alpes-Maritimes, il pense que le maire de Nice outrepasse ses droits. Pour lui, il ne peut assigner sa population à résidence.
 
En attendant, Christian Estrosi en appelle à la responsabilité de chacun jusqu'à la semaine prochaine, pour se protéger, et protéger son prochain.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société politique