Sidaction : alors que l'épidémie du VIH continue, où se faire dépister dans les Alpes-Maritimes

Le sida est loin d'avoir disparu en France. Il y a en moyenne 6.000 nouveaux diagnostics tous les ans, dont 13% de jeunes. Et les dépistages sont en baisse à cause de l'épidémie du Covid. La PrEP, traitement préventif, reste méconnu.

Le Sidaction a commencé ce vendredi 26 mars et se poursuit jusqu'au 28 mars. Il est possible de faire des dons en ligne pour aider les associations.
Le Sidaction a commencé ce vendredi 26 mars et se poursuit jusqu'au 28 mars. Il est possible de faire des dons en ligne pour aider les associations. © Vincent Isore - MAX PPP

Attention, un virus peut en cacher un autre ! Avec le Covid 19, le virus du sida est en train de passer sous les radars. D'abord, les personnes se font beaucoup moins testées. Depuis mars 2020, 650 000 dépistages de moins ont été effectués en France par rapport à l'année 2019. Les associations de lutte contre le sida s'inquiètent. D'après le Sidaction, la pandémie de Covid-19 et les restrictions sanitaires ont considérablement perturbé les campagnes de dépistage du VIH (Virus d'Immunodéficience Humaine). 

La prévention reste la meilleure parade contre le sida. A Nice, le médecin Pascal Pugliese, coordinateur du comité de lutte contre le VIH Paca-est, confirme ce retard dans le dépistage :

On peut craindre qu'il y ait un retard entre l'infection et le dépistage. Or, on sait qu'une personne détectée tôt et traitée ne va pas transmettre le virus.

Pascal Pugliese, médecin coordinateur du comité de lutte contre le VIH

Lettres d'insultes

L'année dernière, le Sidaction n'a pas pu avoir lieu. Et pourtant, on meurt toujours du sida en France. Pour faire un don au Sidaction, c'est ici. Ce samedi 27 mars est une grande soirée est consacrée au Sidaction, une initiative caritative toujours portée par Line Renaud depuis maintenant 35 ans. L'ancienne chanteuse et meneuse de revue âgée de 92 ans, affirme qu'elle a reçu des lettres d'insultes lorsqu'elle a commencé à s'emparer de cette cause dans les années 90. Lutter contre la discrimination et la sérophobie est toujours d'actualité. 

Le sida, apparu en Californie dans les années 80, donc plus ancien que le Covid, reste meurtrier et surtout peu connu des jeunes. Aujourd'hui, les associations constatent un relâchement pour se protéger pendant les rapports sexuels. Selon un sondage Ifop mené sur des 15-24 ans, trois jeunes sur dix s'estiment mal informés sur le sida et le VIH. Pourtant, en France, 170 000 personnes vivent avec le virus. Si les progrès de la médecine, notamment avec les trithérapies, permettent de contenir le virus, ce dernier continue à tuer et à se transmettre.

150.000 décès supplémentaires durant la pandémie

Alors que 1,7 million de contaminations au VIH ont été enregistrées en 2019, "le programme Onusida projette en moyenne 100 000 infections supplémentaires, chaque année entre 2020 et 2022", alerte Sandrine Fournier, directrice du pôle financements recherche et associations au sein du Sidaction. Et, d'après la professeure Françoise Barré-Sinoussi, qui a participé à la découverte du VIH, le sida pourrait causer 150 000 décès supplémentaires durant la pandémie.

Où se faire tester dans les Alpes-Maritimes ?

Pourtant, il n'a jamais été aussi simple de se faire tester. Vous trouverez dans ce post Facebook les adresses des centres qui permettent de se faire dépister dans les Alpes-Maritimes, sans avance de frais et même sans ordonnance.

Face à la crise sanitaire, la lutte contre le sida a changé de forme. "Les associations ont fait un travail remarquable, se félicite Sandrine Fournier, elles sont allées jusqu'à apporter des paniers repas directement chez les gens, remplir des attestations, distribuer des kits d'hygiène..." La responsable du Sidaction insiste : les centres de dépistage sont restés ouverts durant toute la crise sanitaire, proposant souvent des tests "dont le résultat est connu en quinze minutes".

Autotest en pharmacie

"C'est très simple aujourd'hui, il y a toutes sortes de méthodes et de lieux pour se faire dépister en France. Vous pouvez vous rendre dans un laboratoire d'analyses, un Centre gratuit d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) voire même acheter un auto-test en pharmacie." Dans les Alpes-Maritimes, il est possible de se faire tester dans les laboratoires sans ordonnance. Malgré ces possibilités, le Dr Puglieses redoute qu'il y ait un retards dans les diagnostics. 

Le développement de la PrEP

Pourtant, un traitement préventif existe : la PrEP. Ce développement de ce traitement préventif avait permis de faire chuter de 30 % les nouvelles contaminations entre 2017 et 2018. Un traitement préventif désormais remboursé par la sécurité sociale.

6.000 nouveaux diagnostics tous les ans, dont 13% de jeunes

Les jeunes et les moins jeunes sont toujours victimes du VIH. Sandrine Fournier, responsable du Sidaction précise : "On est toujours à plus de 6.000 nouveaux diagnostics tous les ans, dont 13% de jeunes. C'est plus de 700 jeunes de moins de 25 ans qui, tous les ans, sont diagnostiqués séropositifs."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sida santé société